Paperblog http://www.wikio.fr

mercredi 25 novembre 2009

bella ciao iran


Una mattina mi son svegliata
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Una mattina mi son svegliata
Eo ho trovato l'invasor

O partigiano porta mi via
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
O partigiano porta mi via
Che mi sento di morir

E se io muoio da partigiano
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
E se io muoio da partigiano
Tu mi devi seppellir

Mi seppellirai lassu in montagna
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Mi seppellirai lassu in montagna
Sotto l'ombra di un bel fior

Cosi le genti che passeranno
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Cosi le genti che passeranno
Mi diranno che bel fior

E questo é il fiore del partigiano
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
E questo é il fiore del partigiano
Morto per la libertà

http://www.deezer.com/fr/#music/result/all/bella%20ciao

qu'est ce que le rêve français


Homer me propose une chaine.
Qu'est ce que le rêve français, bonne question, difficile question...
en tout cas, le rêve américain n'était pas aussi mercantile, au début.
Des gens comme Springsteen ont refusé leurs chansons (comme "Born in the USA") à beaucoup, pour qu'on en fasse pas un hymne hyper-patriotique, ce que n'est pas du tout cette chanson, elle est même plutôt amère par certains côtés...
Faire un barbecue, chez nous, n'est pas loin du mode de vie de l'américain moyen, donc y'a t'il un rêve ci, un rêve ça, pays par pays ? je ne crois pas... quand on veut être heureux, c'est déjà un état qu'on se force à ressentir à l'intérieur (et si ça marche, on ne se "force" plus) et qu'on essaie de restituer à ceux qui nous entourent, quelque soit le côté de la frontière où l'on se trouve.
Quand le mur est tombé, je ne crois pas qu'il y aie eu un rêve allemand global, il y a eu un rêve ouest-allemand par rapport au voisin, et inversement, chacun est resté avec son identité et sa culture originelle, on ne peut donc pas vraiment parler de "rêve allemand".
C'est si compliqué.
Peut-on réduire un rêve à un pays ?
Je ne le crois pas.

dimanche 22 novembre 2009

puissent ils enfin être entendus


Il n'est plus vraiment acceptable aujourd'hui de continuer à les appeler "indiens d'amérique" , on peut éventuellement les nommer "amérindiens", bien que leur caractère d' "indiens des Indes" soit bien évidemment erroné, on le sait depuis longtemps.
L'idéal serait de les nommer par le nom de leurs tribus respectives, mais "natif" est plus pratique pour nous et à peu près correct envers eux.
J'insiste là dessus car pendant longtemps, avant l'apparition de toutes ces nouvelles appellations, je tenais à les nommer "les vrais américains"

"Nous demandons que vous nous aidiez à assurer une meilleure éducation, une vie meilleure à nos enfants et nous vous aimons!", a lancé la présidente des Sioux Oglala, Tera Tibulz, devant un président Obama visiblement ému et presque décontenancé face à l'intensité des attentes de cette communauté à qui il a promis des jours meilleurs au cours de sa campagne."

http://www.lexpress.fr/actualites/1/obama-promet-aux-amerindiens-la-fin-des-belles-paroles_826641.html

Cette "conférence tribale" au sein du ministère de l'intérieur est une première.
Comme l'a été la nomination d'une Cherokee à la tête du bureau des affaires indiennes (institution dont les amérindiens se sont toujours méfiés à juste titre, car trop de souvenirs de promesses non tenues).


A ce sujet, j'ai toujours attendu Obama au tournant après son élection, car j'ai beaucoup de respect et de peine pour les natifs, pour leur condition, ils ne sont que 1,5 % de la population totale des Etats-Unis, et jusqu'à présent, les présidents successifs leur faisaient beaucoup de belles promesses durant les campagnes électorales, puis une fois élus les oubliaient bien vite.
J'avais peur qu'Obama ne s'intéresse beaucoup plus à la situation des afro-américains qu'à celle des natifs, qui n'ont pas la même histoire, et peuvent être plus difficiles à appréhender, ont des souffrances identitaires différentes, plus "cachées" (essayez de leur parler de leur histoire, de la situation des réserves, bien souvent ils se fermeront comme des huitres).

Seuls les navajos ont une véritable "nation officielle", et leurs rapports sont souvent compliqués avec les etats-unis (par exemple, refus de prêter des oeuvres, armes ou outils culturels et pédagogiques pour les musées des etats-unis, alors qu'ils le font pour le reste du monde).

Et puis peut-être que non, en définitive.
Peut-être qu'Obama représente un vrai espoir pour eux, cette fois ci.
En tout cas, d'après leurs réactions, ils semblent fonder des espérances sur cet homme.
Comme quelques autres humains un peu partout ?

Quand on pense aux natifs, on oublie souvent qu'ils sont aussi bien inuits qu'amazoniens, et qu'ils couvraient à l'origine tout le continent américain, sans frontières officielles, si ce n'est des "territoires de chasse".

Il n'est donc pas idiot de dire que non seulement Barak Obama, mais aussi Evo Morales, qui est un "vrai indien" président d'un pays du continent américain, constituent un progrès pour les amérindiens, pour l'instant très embryonnaire, certes.

jeudi 19 novembre 2009

la politique, suite...


J'ai trouvé un boulot, un vrai.

Je veux dire un cdi à plein temps, denrée rare de nos jours.

Je bosse la nuit comme agent de sécurité pour garder une sucrerie.

Une usine, c'est glauque, c'est underground, et j'adore.

Quand je fais mes rondes, je regarde le ciel étoilé au dessus de moi, magnifique comme un tapis de diamant.

Je suis riche de cela, et ça nous appartient tous.

Je croise parfois des lièvres, des renards.

Ils se fichent bien des barrières, de l'usine, des grillages et sont chez eux sur tous ces hectares.

Quel rapport avec la politique, vous allez me dire ?

L'espoir, malgré la connerie de nos élus.

Lediazec a écrit ça, j'ai adoré :

"Mais la gauche… Celle pour laquelle nous militons. Celle pour laquelle nous nous prenons le melon, nous engueulons, nous insultons… Celle qui colle au palpitant, qui te flanque la chair de poule, qui fait bander le rêve, celle que nous voudrions voir danser dans la rue, elle est où ?

Elle est où cette gauche qui s'occupe de société et qui parle de politique, de culture, d'humanité, de famine et de fraternité ?

Viens ma belle, viens ma gazelle. Le lion n'est pas mort pour rien !"

Et cette biche (pas une gazelle, faut pas exagérer non plus !) que j'ai vue ce matin à l'aube avec le rondier qui me ramenait chez moi (encore cette satanée voiture qui est en réparation)...

L'espoir, vous dis-je, la beauté, la poésie.

La nature, elle est toujours là, elle n'est ni de gauche, ni de droite ni d'ailleurs, aucun monopole ne peut la revendiquer, pas même les verts.

On oublie trop souvent de la regarder....

Et ça fait aimer la vie, du coup, formidablement, et espérer encore et encore.

Je vous, je nous aime.

samedi 14 novembre 2009

la politique...

Il n'y a pas de politique, il n'y a pas plus de politique que de boeuf en gelée au menu.
La politique au sens noble du terme, au sens grec, participer à la vie de sa cité, elle est morte (ou seuls quelques uns peuvent encore la comprendre).
Alors il nous reste le pamphlet, vieux comme Hérode, et pas politiquement correct.
Mon pauvre Coucou, tu parles de combattre l'adversaire noblement, la noblesse du combat, elle reste dans nos coeurs, mais dans nos pratiques (on n'est plus chez les mousquetaires) , mieux vaut ne pas se gêner, tous les moyens sont bons pour ridiculiser l'image du naboléon, ainsi que ses réformes politiques.
On est noble quand on a en face un adversaire qui respecte les institutions.
Il n'y a pas à jouer les chevaliers blancs, tous les moyens, des plus nobles, aux plus vicelards, croche-pied, pièges à loups,sont tournés vers le résultat, seul le résultat compte.
Le nabot est crédité de 39 % ?
Achevons-le.
Insistons encore plus sur ses tics nerveux, ses bafouillages, sa façon de se dresser sur ses talonnettes, montrons au monde à quel point on en a marre d'avoir une grenouille qui voulait se faire plus grosse que le boeuf.
Et puis bien sûr, puisque vous le souhaitez, parlons de ses réformes injustes et au pas de charge, ses magouilles pour détourner les amendements, mais ces choses-là parlent d'elles mêmes, tous les jours que Dieu fait.
S'il y en a qui ne sont pas contents, on créera à quelques personnes un site-défouloir sur le naboléon, où on sera chez nous, où comme dit Gwendal, on pourra se défouler, on assumera nos risques, et on ne fera pas les chochotes à craindre qu'on nous reprenne.
Et si l'hébergeur nous vire, on le refera en code source libre.
Faire partir des écrits vers l'extérieur, de nos prochaines cellules ? pourquoi pas ?
Mais oui, que croyez-vous, on fait de l'édulcoré, ou on parle vrai comme dans l' "insurrection qui vient", et on sait ce qu'on risque ?
Et vive la liberté d'expression, bordel !

dimanche 8 novembre 2009

Chassez le couillon, il revient au galop

Cette petite daube prétend nous apprendre ce qu'est un "pur de gauche".
Il passe son temps à nous insulter, nous trainer plus bas que terre, et aimerait nous intimider par sa supériorité intellectuelle, et que plus jamais nous n'osions écrire le moindre billet, anéantis devant sa prose supérieure.
Il nous parle de littérature (on se demande bien pourquoi, quand on voit sa philosophie inepte sur le kebab en bas de chez lui, entre autres âneries), il s'en prend plein la gueule chez les uns et les autres, mais en bon masochiste, continue à nous abreuver de sa condescendance crasse, en tendant les fesses pour qu'on lui bourre le fion (pour les amis gays qui me lisent, c'est juste au sens figuré, hein, n'allez pas me dénoncer chez sos homophobie !) et lui pète la gueule, tellement il adore ça.
Une telle caricature de soi même, on se dit "non, ce n'est pas possible, il n'existe pas, il y des types derrière tout ça qui ont inventé un personnage".
Il rejette royalement le wikio, prétend-il, mais est totalement obsédé par le sujet !
Il en parle tout le temps, si ça se trouve, il saoule sa femme et ses enfants (s'il en a...) avec ça à l'heure du petit déjeuner.
Moi, tant qu'il y a un bouffon comme ça dans les parages, je ne suis pas près de lâcher la blogosphère, on s'y amuse trop !
"Endogamisme et inceste", il est taré, ce pauvre type, bon pour l'asile.
Franchement, dans le registre pure gauche, je préfère encore Gauche de Combat, quand même un peu plus crédible...

comment voulez-vous qu'il soit crédible ?



C'est ça, notre Troll ?
Il se relâche !

samedi 7 novembre 2009

incroyable, le mur tombait !


A cette époque, j'avais vingt deux ans, et j'avais vu deux fois Téléphone en concert, durant la tournée "dure limite".

Parfois résonnaient à nouveau dans ma tête ces paroles :

"Et le mur de Berlin n'a pas,
n'a pas de fin
Non le mur de Berlin,
t'en a un, j'en ai un
Il coupe la terre en deux,
comme une grosse pomme
Il coupe ta tête en deux,
comme la première pomme, un peu
Il coupe ta tête en deux
Et te fais femme ou homme,
si tu veux
Il serpente entre deux terres
Et te fais faire toutes les guerres,
toutes les guerres"
http://www.deezer.com/en/#music/telephone/dure-limite-310582

L'incroyable était en train de se produire, précédé par quelques moments clés comme l'ouverture de la frontière hongroise, des milliers d'habitants de la RDA s'engouffraient, des files ininterrompues de Trabant à la queue leu leu.
Rien qu'à ce moment là, c'était incroyable à voir, même si on pouvait s'attendre à une telle hémorragie suite à l'ouverture des frontières, car on savait que le but n'était bien sûr pas de passer des vacances en Hongrie, mais bien de rejoindre la RFA.
C'est par la suite, que c'est devenu de plus en plus fort et passionnant.
Gorbatchev le rénovateur est venu en RDA, et il eût un succès phénoménal, ce qui rendit vert de rage un certain Erich Honecker...
Puis tout s'est précipité, de manifestations en messes improvisées (église Getzemani, qui devient un des plus solides ferments de la révolte), l'incroyable finit par se produire, suite à une déclaration un peu précipitée de Günter Schabowski, les est-allemands apprennent qu'ils peuvent de suite passer en RFA (« les voyages privés pour l’étranger peuvent avoir lieu sans condition ». Question d’un journaliste « Quand cela entre-t-il en vigueur ». Réponse : « Autant que je sache, dès maintenant ». En quelques secondes, Schabowski vient d’annoncer ni plus ni moins la chute du Mur de la honte !) , ils se présentent aux postes-frontière, où l'armée leur annonce qu'il va falloir aller demander un laissez-passer et revenir se présenter : tollé général !
Sous la pression populaire, un responsable décide, malgré les ordres, de laisser passer tout le monde pour éviter un drame.
Embrassades des est-allemands avec les volpos, du jamais vu, alors que des berlinois de l'Ouest, suite à la déclaration de Schabowski, sont venus les accueillir de l'autre côté.
Les fameuses Trabant entrent dans la légende.
Les berlinois attaquent le mur avec rage, qui avec un marteau, qui avec ce qui passe sous la main, jusqu'à sa destruction totale quelques semaines plus tard.
En à peine un an, l'Allemagne aura conduit sa réunification, même si le bilan n'est pas tout rose et que les allemands de l'est ont été plus ou moins, il faut le dire, otages de l'ouest capitaliste.

Ca reste pour moi l'évènement le plus emblématique du XXe siècle, car malgré la peur, il n'y a pas eu beaucoup de violences.

On s'attendait pourtant à pire après l'écrasement de la révolte hongroise, du printemps de Prague et des évènements de Tien An Men.

Malheureusement, il en reste encore, des murs, physiques ou psychologiques.

Il y en a qui n'ont rien compris à l'histoire, même si le contexte est différent, le principe de connerie absolue reste le même.

Je lance cette chaîne en demandant à Nicolas, Le Coucou, Monsieur Poireau et à ceux qui avaient vingt ans, ou un peu plus ou un peu moins à l'époque, de se souvenir.

mardi 3 novembre 2009

on s'amuse bien, chez corto74

Il y a un drôle d'énergumène qui me lit depuis un moment, je suis déjà allé jeter un coup d'oeil sur son blog, c'était plutôt sympa, mais rien de "significatif" jusque là (il faut dire que j'ai un paquet de blogs sympas à visiter, suite à la visite de leur auteur, et il y a du boulot, ils sont très productifs, ces blogueurs !)
Et ce soir, en un seul billet, il m'a bluffé !
Il raconte comment des handicapés sont venus manger chez lui, et ce n'est pas triste !
Ben, justement, c'est ça, qui m'a plu, c'est plein de tendresse cachée, avec de l'humour, et tout et tout.
Ca change de ces espèces de sensibleries à la con made in france, genre " oh, les pauuuuvres".
J'en connais une, tiens, la mme Social, qui aurait eu du succès pendant cette soirée.
L'autre fois, je l'emmène pour un entretien dans un centre d'accueil, quand on est reparti, tous les "fauteuils roulants" lui faisaient de grands signes amicaux !
Enfin bon, on se demande qui ne l'aime pas, celle ci (même moi !)

il fallait le savoir !


Wikio vient de me répondre par rapport au fait que je ne comprenais pas pourquoi ils n'avaient jamais pris en compte aucun de mes billets, sauf un (il était en majuscules, pourtant) :

"Bonjour,
Pour des raisons éditoriales, nous ne prenons pas les articles ayant des
titres entièrement en majuscule. Or c'est le cas de vos posts. Si vous
pouvez désormais publier des titres en minuscule, il n'y aura aucun problème
pour qu'ils figurent dans Wikio."

En gros, arrête de gueuler si fort.

Je pense que certains ne vont pas se gêner pour se gausser, "ah ben tiens, le poison, depuis le temps qu'on lui dit de s'écraser avec ses écrits tonitruants et incertains, il nous casse les oreilles !"

Et pas un de ces couillons de lecteurs ne m'aurait signalé ce détail technique, bien sûr...

Ce n'est pas que je ne puisse point vivre sans Miko, mais bon...
on va baisser d'un ton, alors !

dimanche 1 novembre 2009

france telecom, la boîte de pandore


Morceaux choisis :

"

A quoi sert un ergonome ? En résumé, c’est un analyste du travail dont la tâche est de créer des situations où les opérateurs sont placés dans de meilleures conditions de confort, de sécurité et d’efficacité. Confort, on voit là le profit pour les agents. Efficacité, on voit celui de l’entreprise. L’intérêt commun est dans la sécurité, la diminution des accidents de travail. En ces lieux de coopération et d’antagonisme que sont les entreprises, les ergonomes développent des opérations gagnant-gagnant, en collaboration avec les directeurs d’établissements, les cadres, les agents, les syndicats et les CHSCT.

... Dans le jargon des directeurs de France Télécom (essentiellement issus de l’école Polytechnique) adeptes des « sciences dures », il s’agissait là de « sciences molles », donc de théories fumeuses. A l’époque (je doute que cela ait beaucoup changé depuis), un diplômé d’une grande école, pouvait entrer dans le monde du travail à moins de 30 ans et gérer illico des dizaines, voire des centaines de salariés, sans avoir reçu une seule heure de formation sur ces sciences méprisées. Le fait qu’elles ne soient pas enseignées à Polytechnique suffisait d’ailleurs à prouver qu’elles servaient tout juste à sodomiser les diptères."


"L’une d’elle, je ne saurais l’oublier tant elle nous faisait hurler, était que pour améliorer la productivité, il fallait « introduire une dose de stress dans l’entreprise ». Quiconque doute de la véracité de cette information devrait consulter la presse de l’époque qui promouvait avec ravissement cette méthode de management. La liste des futurs suicides s’est ouverte ainsi."

http://www.m-pep.org/spip.php?article1519

petits meurtres entre amis


Pasqua condamné dans l'histoire de l'angolagate, Chirac de nouveau sur le devant de la scène judiciaire, ça sent l' épuration "nouvel UMP", ça...
Mais ce que les loups entre eux (c'est con, un loup) ne comprennent jamais, c'est que les vieux, se sentant encerclés mettent toutes leur énergie à bouffer les jeunes, ressortent des lapins empoisonnés du chapeau qu'on veut leur faire porter, et il y a toujours un renard (impulseur, ou simple spectateur ?) quelque part pour regarder la curée et se marrer.
D'ailleurs, à ce jeu, le bon peuple aime à se prendre pour le goupil qui se lèche les babines, même si ce n'est qu'un fantasme.
On peut bien rêver un peu...

samedi 31 octobre 2009

clown pas drôle...

pasqua l'innénarable

Ce qui me fascine chez le bonhomme, et je n'ai jamais pu le respecter à cause de ça, pourtant j'aurais pu, c'est ce côté "eh oh, moi j'ai fait où on m'a dit de faire, hein !"
Que ce requin des profondeurs ne veuille pas plonger tout seul, je peux comprendre, et même cautionner un peu...
Après tout, ça fait un bon coup de ménage, ça décroche les fruits pourris de l'arbre, et quand les loups se dévorent entre eux, ne faisons pas dans la langue de bois, c'est assez jouissif de regarder le spectacle en comptant les points.
Mais ce côté lampiste, un peu comme ces fonctionnaires en Allemagne et ailleurs qui remplissaient des "statistiques ferroviaires" en sachant très bien ce qui se cachait derrière les chiffres, et qui quand on vient les trouver nous assènent qu'ils se contentaient d'obéir, il n'y a rien à faire, ça ne passe pas chez ce monsieur.
Il pourrait avoir les couilles de dire "oui, j'ai fait tout ça, je l'assume seul et je vous emmerde tous" , ça collerait beaucoup mieux avec ce qu'il prétend montrer de lui-même.
Pour le coup, son envie de ne pas plonger seul passerait beaucoup mieux.
Mais il n'empêche qu'il a demandé la levée du secret défense sur l'affaire Clearstream et les frégates de Taïwan, affaires ô combien explosives et sulfureuses, et ça, je pense que c'est un fantasme que beaucoup de gens aimeraient voir se réaliser.
Monsieur Pasqua nous promet de belles heures, j'ai l'impression.

vendredi 30 octobre 2009

michto !


http://www.deezer.com/fr/#music/sanseverino-elisabeth-anais/exactement-73700
CD 2, "André" version live avec Francis Cabrel, la meilleure.

"André Balanéo a des frissons dans le dos
Le temps n'y est pour rien
Juste un peu la pluie.
Son écharpe est mouillée... merde !
"J'aurais du mettre un K-way", se dit-il
Alors il en met un.
Comme les amis sont chers, lui il n'en a pas un...
Il est prêt à tout sacrifier pour s'en trouver plein.
Sur sa table, tiens, y a toujours un paquet de biscottes
Pour si il doit recevoir.

A Paris quand il fait gris, il fait nuit
Et quand il fait moins trois, il fait froid.
L'élégance n'a d'importance que si l'on y pense
Il découvre tout ça.

C'est en passant devant la glace qu'il s'aperçoit
Qu'il est sapé comme... Santana.
Il est gêné, un peu
Il sait qu'il pourra pas faire mieux
Il arrête pas d'y penser à son habillement, comme ça
J'peux pas sortir avec ça, ni avec ça
On devrait pas mettre de miroirs
On devrait vivre dans les tiroirs.

A Paris quand il fait gris, il fait nuit
Et quand il fait moins trois, il fait froid.
L'élégance n'a d'importance que si l'on y pense.

Est-ce que je sors? Est ce que j'sors pas?
Et tout ça va m'servir à quoi?
Si j'me change pas?
Et puis il enlève son K-way
Il est déjà un peu moins laid.
La veste, le survêtement bordeaux
Le pull à col roulé
Les claques et le pantalon en tergal, pas repassé
La vie d'ma mère comme il est beau
C'était le K-way qui faisait crado

A Paris quand il fait gris, il fait nuit
Et quand il fait moins froid, il fait trois.
L'élégance n'a d'importance que si l'on y pense
A Paris quand il fait gris, il fait nuit
Il découvre tout ça.

Allez moi j'm'en vais
On s'en va."

mr parano


A voir dans les commentaires chez Dagrouik ou chez Rimbus (entre autres), l'auteur de cet opus qui doit être somme toute assez intéressant et instructif, a par contre pour sa part une réaction complètement sotte et grenue (et je b(i)aise mes mots, car ça pue l'ego démesuré), face à un pauvre commentateur dont on se demande quel crime de niaise majesté il a bien pu commettre :

"braudot

Qui a dit :

« Je pense que je suis plus influent et efficace que si je fais une chronique dans Libé. »« Et si Facebook réalisait plus vite, moins cher et en nombre l'idéal maçonnique ? »« Hé Pov'con Gandrange, tu t'en souviens? »« Benoît est jeune et beau. Personne ne le connaît vraiment, mais il est propulsé par Emmanuelli que tout le monde connaît mais qui n'est ni jeune, ni beau »« La profondeur du champ médiatique se réduit considérablement… Avec Dieudonné, on oublie déjà qu’Obama vient d’être élu »

Pour le savoir, lisez le Blogs, Médias sociaux et Politique http://www.les2encres.com/pages/ouvrage.php?template=ouvrage_detail&ouv_id=222"


La réplique du parano :

"@braudot

Bonjour, un grand merci pour cette pub gratuite... que je trouve néanmoins étrange, surtout quand elle est systématique sur plusieurs sites en même temps :

http://sites.radiofrance.fr/francei...
http://www.intox2007.info/index.php...
http://www.peuples.net/post/Fr%C3%A...
http://monmulhouse.canalblog.com/ar...
http://blog.plafonddeverre.fr/post/...
http://sarkofrance.wordpress.com/20...
etc..
En reprenant les citations de chroniqueurs ou journalistes.
Mais qui est Monsieur Braudot ? Quelle est cette bonne âme ? En tous les cas, c'est un procédé que je n'aime pas du tout et je n'en serai jamais l'auteur.
David Réguer"


Au mieux , Pierre/Braudot est un admirateur, au pire c'est un petit farceur...

Il n'y a pas vraiment de quoi faire un caca nerveux !

ça ne m'étonnerait pas que monsieur Réguer regarde le soir sous son lit s'il n'y a pas des lutins en train de comploter contre lui.

l'écureuil cherche les crosses

samedi 24 octobre 2009

mais c'est quoi, ça ???

ça fait au moins trois ou quatre fois que je ne peux plus publier de vidéo ici, à chaque fois, j'ai un message à la con avec "identifiant de la vidéo...., identifiant du blog...."
C'est quoi, un fichage de merde ?

vendredi 23 octobre 2009

allez, tant qu'on est dans le gotainer


"Spécial dédicace" à Monsieur Biche (parce que c'est vrai qu'il est vraiment "choupi" !).

Tout foufou

La truffe en l'air, l'oreille levée
Je veux trotter comm' un lourdaud, un soupçon déglingué
Et gambader, comm' un gros pataud, comm' un balourd un peu félé
Je veux rester dingo

Je veux demeurer jeune toutou, dingo-o
Me garder du chien qui sait tout, vieux sapajou
Je veux rester tel un sou neuf, l'hurluberlu qui sort de l'œuf
Je veux demeurer tout fou
Toutou tout foufou-ou

Je veux sauter exprès dans les flaques d'eau,
Et me relever dans la nuit pour jouer au yo-yo
Je veux laisser tomber des mots dans le puits
Pour inventer l'écho, l'écho, je veux faire le nigaud

Hello les fous, bonjour folie, salut!
Je suis un bizut dans la vie, hello, hello!
Je veux rester tel un sous neuf, l'hurluberlu qui sort de l'œuf
Je veux demeurer tout fou, toutou tout foufou-ou

Je veux la tête au fond de la capuche
Mais un soleil au baluchon, courir après la pluie
Je veux qu'on se balance des pelochons
Avec mon nounours en peluche, je suis un tout petit

Hello les fous, bonjour folie, salut!
Je suis un bizut dans la vie, hello, hello!
Je veux rester tel un sous neuf, l'hurluberlu qui sort de l'œuf
Je veux demeurer tout fou, toutou tout foufou-ou

du rock, bordel !


ça, c'est du vrai rock'n'roll, "ah que Coucou !" peut aller se rhabiller !

Pour faire plaisir à Scrat !

C'est par ici


(Spécial dédicace au nano-président et sa clique !)

Sapristi, nom de nom, que le grand cric me croque
Qu'on me coupe illico les poils de la guitare
Aussi vrai qu'on m'appelle Capitaine Hard Rock
J'ai quelques rocks en stock et de fameux standards.

Tonnerre de Brest, mille milliards de mille sabords
Faites donner le jazz, qu'on lâche les chiens à bord
On va faire un râout aussi sûr que c'est sûr
Tout le monde sur le pont, donnez toute la voiture.

Doryphores à roulettes, ostrogots, triples buses
Anthropopithèques a la graisse de cornemuse
Bougres de cornichons, crèmes de protozoaire
Du vent, de l'air, au large, allez ouste, poussières.

Arrière anacoluthes, espèces de coloquintes
Hors de ma vue babouins, extraits d'ornithorynque
Tant que je suis patron, parole de cachalot
On fera le bouzin à bord de ce rafiot.

Dussé-je pour cela hisser pavillon noir
Devenir un forban, me conduire en barbare
Je chanterai, sacrebleu, jusqu'à ce que je sois vioc
Cette tonnerre de Brest musique de cinoque.

Haro sur la guimauve, sus à la confiture
Jetez-moi à la baille toutes ces épluchures
Cloportes, mouches à miel, poubelles, méduses, vermines
Tremblez car la moutarde me monte à la narine.

Du rock, du rock, du rock, du rock, du rock parbleu
Du rock en majuscules au rock à qui mieux mieux
Balancez la purée, mettez toute la gomme
Je veux du rock'n roll à tomber dans les pommes.

Timonier à ton poste, canonniers à vos pièces
La barre à tribord toute, paré à l'abordage
J'y laisserai s'il le faut, toute la peau des fesses
Mais je veux s'il me plaît brailler comme un sauvage.

Bachi bouzouks, zoulous, moules à gaufres, macaques
Trafiquants de guano, profiteurs, marchands de soupe
Hydrocarbures, ophicléides, zouaves, canaques
Je vous pisse à la proue, je vous nique la poupe.

Nom d'une pipe en bois que le grand cric me croque
Aussi vrai qu'on m'appelle le Capitaine Hard Rock
Tant que je suis patron, parole de cachalot
II y aura du rock à bord de ce rafiot.

mercredi 21 octobre 2009

il faut sauver le soldat suzanne


Alors celui là, c'est un balèze de chez cador !
Le comble du comique est qu'il affirme à qui veut l'entendre que le "miko" l'a inscrit sans son consentement éclairé, et qu'il a décliné l'invitation.
Bientôt, il va nous refuser la légion d'honneur, vous allez voir !
Ce monsieur je sais tout (le petit champignacien illustré, rien que le nom est à mourir de rire, la preuve qu'il se croit vraiment sur un support papier. illustré de quoi ? y'a pas une photo !) prétend nous apprendre à nous tenir, et nous expliquer qu'on est tous consanguins, dégénérés, dans une secte et adeptes du copinage débile et stérile.
Le problème (Nicolas a pourtant tenté de lui expliquer, mais l'individu est visiblement enragé et refuse d'écouter) , c'est que ce monsieur n'a pas compris qu'un blog, c'est censé être concis, ce n'est pas de la littérature, et que c'est quand même plus attractif avec quelques liens ou images de temps en temps, ça doit percuter et attirer l'oeil du lecteur.
Et oui, j'ai suivi les conseils du numéro un, ne lui en déplaise (et le numéro un, ce n'est pas une secte, c'est juste pour se marrer, on ne se prend pas au sérieux tant que ça, mais que voulez vous, il y en a qui prennent tout de travers).
L'individu n'a tellement rien compris qu'il inonde de commentaires INTERMINABLES le blog de la pauvre Suzanne (tout aussi interminables que ses propres billets, où on ne trouve pas la moindre photo, le moindre lien ou si peu, bref on se fait grave chier).
C'est tellement à se tordre que le billet de Suzanne a dépassé les 110 commentaires.
Mais d'après le monsieur, c'est juste parce qu'on est des gros méchants, des lâches, qui viennent "en force" (comme disent les ouèch ouèch) pour lui faire des misères.
Nous sommes une secte dévouée corps et âme à un gros type à cravate genre nounours, un des plus dangereux gourous que la terre aie jamais portée !
Par dessus le marché, dire qu'on fonctionne en circuit fermé est particulièrement injuste envers Nicolas qui nous propose tous les quatre matins d'aller discuter chez ses contradicteurs (par un LIEN, justement !)
Le pire est que le contenu de son blog a l'air intéressant et digne d'intérêt !
Et encore, je m'efforce d'être sympa, parce que "ma rencontre bidon avec Tartempion ou Mes couilles en ski", vous voyez un peu ce que j'en pense...
Je m'attends éventuellement à subir le verbiage du monsieur, mais je pense que je le laisserai déblatérer tout seul en baillant s'il passe dans le coin...
Je rappelle à tout hasard la définition d'un blog (chez wikipedia) :
"Un blog ou blogue est un site web constitué par la réunion de billets agglomérés au fil du temps et souvent classés par ordre antéchronologique (les plus récents en premier).
Chaque billet (appelé aussi « note » ou « article ») est, à l'image d'un journal de bord ou d'un journal intime, un ajout au blog ; le blogueur (celui qui tient le blog) y délivre un contenu souvent textuel, enrichi d'hyperliens et d'éléments multimédias , sur lequel chaque lecteur peut généralement apporter des commentaires."
Dernier détail croustillant, monsieur "200 de qi", dans sa grande mansuétude, nous apprend que les sucrettes, le surimi, le chocolat blanc et le vin halal, c'est la même daube (halal est un rite, je ne vois pas en quoi ça change positivement ou négativement le goût du vin).

N'OUBLIONS PAS OLIVIER BONNET

Je reviens vers vous pour que ne soit pas oubliée la pétition pour défendre Olivier Bonnet face à un excité qui se sent insulté (du grand n'importe quoi) :
http://www.plumedepresse.com/spip.php?article1204
986 signatures, c'est déjà très bien, mais on peut faire mieux !
Il passe au palais de justice le 4 décembre, j'y serai (si je ne bosse pas), y serez vous aussi pour défendre la liberté d'expression ?

LA SERIE CONTINUE

Mme Social est décidément dans le collimateur de beaucoup en ce moment.
La bassesse n'a pas de limites, et qu'on ne vienne pas me dire que c'est une "erreur administrative" !
Comme me l'a judicieusement conseillé Nicolas, je vais fais court et concis.
Je vous livre le double de ce que j'ai envoyé au NPA Champagne Ardennes :
"Bonjour,
Je me tourne vers vous car ma compagne a besoin d'aide, nous comptons investir avec banderoles les locaux du conseil général de Chalons en Champagne la semaine prochaine ou fin de cette semaine pour exiger de voir un responsable, et comptons avertir la presse, mais nous ne serons que deux, connaitriez vous des mouvements, associations, susceptibles de nous accompagner ?
Voila sa situation en deux mots, elle est seule avec trois enfants, a cumulé la précarité (cinq cae de suite...), et aujourd'hui n'a plus droit qu'à 60 euros de rsa, et comble de l'infâmie, on lui coupe ses ressources, car soi disant , elle aurait décroché un nouveau cae sans les en informer (donc une menteuse et une tricheuse !), et doit prouver qu'ils se trompent ! elle s'est déplacée plusieurs fois à la caf de Reims, aucune discussion possible !
Merci d'avance.
Christophe Cerniou."

De là à soupçonner l'IRTS de Reims d'être dans le coup, c'est un pas que nous ne franchirons pas pour éviter le procès en diffamation, mais sans être parano, il y a de quoi se poser certaines questions.
Surtout que ceci n'est qu'une partie du parcours du combattant qu'elle (et tant d'autres qui défendent leurs droits) a à subir depuis pas mal de temps.
Donc si quelqu'un habite dans le coin et veut participer, ou a un conseil judicieux à donner, n'hésitez pas.
Mmes les féministes, il est peut être temps de vous mobiliser, là...

mardi 20 octobre 2009

UN PRESIDENT ENCOMBRANT



Auparavant, nous étions la risée de la planète, ça, ce n'est pas nouveau, mais disons le, avec un certain "panache".
A quoi nous sert, me direz-vous, le panache à notre époque ?
A rien, je le concède.
Je suis même partisan de dépoussiérer les institutions de ce pays, et freiner ce protocole indécent, un des plus coûteux actuellement.
Un type avec une grosse montre arrive et kidnappant Jaurès et autres figures, nous dit que justement, il va arrêter toutes ces aneries... il ose se pointer sur un lieu mythique de la résistance alors qu'il liquide allègrement le programme du CNR.
Aujourd'hui, quoi ?
Le règne de l'indécence !
Le type se ballade à poil avec le panache dans le derrière, rigolard, avec ses potes les richards, se fout de notre gueule ouvertement, est loin d'avoir freiné les dépenses fastueuses du pays, bien au contraire.
Le pire est qu'aujourd'hui, les journalistes étrangers ne nous considèrent plus comme la risée de la planète, mais bien plus grave : comme un pays qui sombre dans une dictature, une nouvelle royauté qui ne dit pas son nom.
Le "panache" fait mine d'être toujours là, mais il est devenu vulgaire, inculte et détesté grâce à ce petit monsieur.

STOP ! HALTE A LA CONNERIE

Là, je vais pousser un des plus gros coups de gueule de ce blog, je le sens.
J'en ai marre, de tous ces gens qui se permettent de juger les faiblesses des autres, j'en ai surtout marre de constater que les jugements les plus durs viennent de femmes envers d'autres femmes, voila pourquoi je fuis les féministes, vous me cassez les burnes, les féministes, totalement !
Vous voulez savoir, ma femme se fout de vos gueules, les féministes !
Avec vos chipotages, vos prises de positions débiles sur des conneries à deux balles.
Je vous FUIS comme la peste !
Certaines femmes sont plus courageuses que vous, et plus lucides, elles sont féministes par leur façon de gérer le quotidien, les brimades successives, sans étendard, sans une plainte, tout en défendant leurs droits par leur simple façon d'être toujours debout, de résister en allant chercher du boulot, tout simplement, de rentrer le soir et de gérer les enfants, et éventuellement de tenir un blog, pas forcément estampillé féministe, juste un blog pour raconter leurs espoirs, leurs déconvenues, et surtout, surtout, pas des CONNASSES qui vont juger leurs consoeurs et se foutre en rogne quand elles ont la moindre faiblesse, qu'elle ont OSE, quelle horreur, céder devant l'adversité de leur condition.
J'en ai connu pas mal, des "que vous défendez", qui vous en mettaient plein la gueule, voire même à qui vous faisiez honte, et pas des soumises, loin de là, juste des femmes qui pensaient que vous étiez à la limite du ridicule.
Moi, je me définis comme humaniste, pas comme féministe, je défends toute personne, femme (si je mets l'homme devant, ça va faire un scandale ) , enfant, homme, face à l'adversité.
Je ne vais pas donner de nom, ce n'est pas le genre de la maison, ce n'est pas la gestapo, ici, mais sachez que certaines que je lis (et que je ne suis pas près de relire) feraient bien de ne pas trop trainer par ici, à leurs risques et périls.
Et pensez ce que vous voulez, que je suis un immonde phallocrate, je m'en fous !!!
J'ai une femme qui m'adore et ne changerait pour rien au monde.

lundi 19 octobre 2009

DE L'ART, CA ?


Franchement, je suis assez honnête, et si j'aimais, je le dirais sans détour.
C'est quoi, du sous-sous Dali, où je ne sais trop quoi de ce genre ?
A choisir, je préfère le surréalisme du billet de Rimbus.

dimanche 18 octobre 2009

J'EN REMETS UNE COUCHE (MAIS SOFT, CETTE FOIS CI)

En ce qui concerne cette pétition, il y a eu certes du progrès, mais elle recommence visiblement à stagner...
98 signatures, même pas la centaine, alors que Nicolas, qui lui même a signé, a fait un billet là dessus, et dieu sait qu'il est beaucoup lu.
Donc, je remercie chaleureusement tous ceux qui ont signé et relayé, mais je m'interroge quant à ceux qui sont venus dire qu'il signeraient, et que je ne vois toujours pas sur la liste.
Peut être que cette situation décrite n'est pas assez scandaleuse, et que l'on s'engage mollement à signer pour ensuite oublier.
La dernière signature est d'une étudiante que je ne connais même pas, peut être par Facebook, je ne sais pas, ça donne à réfléchir.
Il y a de quoi s'interroger sur la solidarité de la blogosphère.
Et il n'est peut être pas étonnant que je fasse un billet d'anniversaire de blog assez mou...
Vous me direz, il vaut mieux voir le verre à moitié plein.
Certes...
En ce qui me concerne, quand je vois passer une pétition (même d'un illustre inconnu), si j'ai envie de signer, je le fais, et de suite, car sinon effectivement, je vais oublier, et je prends bien soin de valider le mail de confirmation que je reçois, le tout prend une minute, donc les excuses du genre "mais tu sais, les gens ont leurs soucis aussi, etc...", ça me laisse songeur.
Mais peut être que tout le monde ne fonctionne pas comme ça.
En tout cas, je ne pense pas venir le 29 à la Comète, car j'ai eu plaisir à rencontrer certains, mais d'autres qui ont parlé de signer ne l'ont pas fait, et je n'ai pas forcément envie de les recroiser, désolé mais je ne sais pas être hypocrite.
Personne ne me doit rien, en vérité.
Mais l'inverse est valable aussi, je ne dois rien à personne non plus.
Certains me reprocheront une fois de plus de tout mélanger, de faire payer du coup les gens qui m'ont soutenu, et en fait ils auront raison.
Mais en ce moment, je bosse dur, beaucoup de fatigue, et d'ailleurs je ne vais pas m'en plaindre, au contraire, ce serait indécent, bien trop subissent le chômage de plein fouet, simplement je n'ai pas la patience de jouer la comédie.

OYEZ, OYEZ


Aujourd'hui est le premier anniversaire de ce blog.
Que dire ?
ça fait un drôle d'effet, comme un enfant qu'on regarde grandir avec tendresse.
Merci à toutes et tous de m'avoir accompagné jusqu'ici, et de continuer à le faire.
Il n'y a pas grand-chose à dire de plus, je vous laisse dire le reste.
:)))

vendredi 16 octobre 2009

AVIS A LA POPULATION

Il se passe un truc ici le 18 octobre, merci à Gaël, spécialiste de ce genre d'occasion de me le rappeler, je suis très occupé en ce moment à bosser à l'extérieur, ça me rend bas de plafond question mémoire.
;)

dimanche 11 octobre 2009

PRIONS SUR LA TOMBE DE LA LAICITE


Vous avez compris que le non-sens du titre de ce billet est voulu.
Billet qui sera rageur, il y a un moment que je n'en avais pas fait de ce type.
J'ai été élevé dans le respect de la laïcité, j'en ai entendu parler par mes parents, à l'école, etc... un peu partout et toute ma vie.
Bien que j'aie choisi une religion différente de l' "officielle", ne vous y trompez pas, je ne fais pas de prosélytisme, et je n'accepterais jamais qu'on l'érige en haut de l'état pour gouverner avec les politiques.
Ce n'est donc pas une attaque personnelle contre le catholicisme, entendons nous bien, car ma foi a commencé avec le catholicisme, qui m'a vite gonflé (mes grands-parents, enfant, m'ont proposé de venir à une messe, j'ai failli m'endormir, je n'y peux rien), pour en arriver à me définir, on va dire, chrétien, hésiter entre l'orthodoxie (mon père était roumain et donc assez logiquement orthodoxe), mais en fin de compte trop "clinquant", bien que très mystique (j'adore le mysticisme) et le protestantisme, pas du tout clinquant, mais que j'ai trouvé peu mystique, pour en arriver à l'islam.
Parcours qui peut paraitre chaotique, mais pas tant que ça, puisque l'islam est la dernière religion du livre.
Je précise qu'aujourd'hui, j'ai compris que j'étais injuste avec certaines religions comme le protestantisme, car toute religion peut être très mystique, cela dépend de l' "opérateur", c'est à dire du fidèle.
En fin de compte, ce qui m'intéresse, c'est l'esprit, bien plus que le dogme, que je respecte malgré tout, et la lettre, bien plus le fond que la forme.
Je ne m'étendrais pas plus là dessus, d'autant que j'ai également reçu un autre enseignement plus "ésotérique", non pas franc-maçon, mais autre chose.
Je précise que je n'ai collé volontairement aucune majuscule ni aux uns ni aux autres.
On s'en fout ! c'était juste pour préciser mon parcours.
Maintenant, reparlons de la laïcité, et c'est ça , à mon avis qui fait que je pense être de gauche, entre autre raisons, mais je crois que toute sensibilité politique peut la défendre avec ardeur.
On touche pas !!!
C'est sacré, chez moi, la laïcité, bordel.
Le reste doit rester cantonné dans la sphère privée.
Ce n'est pas négociable, et ce président et ses complices devraient être foutus dehors à grands coup de pompes dans le train pour oser nous faire reculer comme ça.
Je vous renvoie au billet de Rimbus, plus pro, qui m'a inspiré celui ci.
Ce billet est "sensible", je compte donc sur mes lecteurs et contradicteurs pour rester corrects, ce que jusqu'ici ils ont toujours su faire.

samedi 10 octobre 2009

MA PREMIERE FOIS

Didier Goux me taggue sur une chaine de son "cru" (tiens, ça lui va bien, ce mot).
On me demande de raconter ma première fois.
Ce qui est assez stupéfiant, dans mon histoire, c'est comment c'est survenu.
J'ai eu la chance de me dépuceler avec mon premier grand amour.
Cette fille, quand je l'ai vue la première fois, j'ai "pété un plomb" sur son physique.
Elle était superbe, une petite brune avec de grands cheveux, des yeux verts, et un corps parfait, et permettez-moi de le dire, un de ces derrières... généreux !
Je dois préciser que j'ai toujours aimé les joufflus généreux.
Les seins, ma foi, s'ils sont petits mais bien faits, c'est très bien.
Mais je ne l'aimais pas encore...
J'ai su par la suite, elle me l'a dit, qu'elle m'avait aimé à la première seconde (l'autre va encore dire que je me vante).
A cette époque, j'errais en Dordogne, car c'est à Ribérac exactement que nous sommes rencontrés pour la première fois.
J'avais fui le domicile de ma mère en Essonne (mon père était déjà mort depuis de nombreuses années) à ma majorité, car elle me pesait depuis trop longtemps par sa bi-polarité et son amour excessif.
Elle est morte il y a quelques années, qu'elle me pardonne de ne dire que la vérité.
Par un copain qui bossait à Paris, j'ai donc connu cette région d'où il venait, j'y suis allé plusieurs fois, me suis fait de nombreux potes, puis à ma majorité, donc, me suis installé chez une famille avec cinq fils qui avait la particularité d'accueillir les chiens perdus sans collier dans mon genre.
A ce moment, je n'avais à mon "tableau" qu'une seule fille avec qui j'étais sorti à 15 ans, quelques "gamelles", froti frota, rien de plus...
Par contre, ces potes de Dordogne étaient des chauds lapins, qui, il faut bien le dire, n'avaient pas grand respect de la gent féminine.
Ils m'ont donc déluré et je suis sorti d'un seul coup avec un petit nombre assez honnête de petites camarades.
Mais toujours pas "d'acte".
Juste une fois, j'ai failli, avec une fille avec qui je sortais, on s'entendait bien, je savais de réputation qu'elle était plutôt sexuellement active, elle avait contenté quelques membres (pas en même temps, ne poussons pas non plus) d'une bande de charentais soulards du coin (quand ils étaient bourrés, ça devenait une langue étrangère, rien de plus incohérent qu'un charentais bourré).
Donc, un jour, on était tendrement enlacés dans un fauteuil chez cette fameuse famille où je créchais, et voila que je prends mon air sûr de moi, et je lui dis "on baise?" (à l'intérieur, j'étais terrifié, quand j'y repense aujourd'hui, quel crétin...)
Elle me répond que oui.
La maison était quasiment vide, nous voila montés dans ma chambre.
Et nous voila nus comme des vers, tout se passe bien, jusqu'au moment où je dois montrer que je suis un homme.
Bien évidemment, le stress intense dont j'étais empli a fait que je n'ai jamais pu entrer en elle.
Je sors une vague excuse du genre "oui, tu sais, en ce moment, je suis pas très en forme, je suis désolé..."
Cet amour de fille me dit que ce n'est pas grave et me fait un câlin, alors qu'elle avait parfaitement compris que j'étais un gros puceau.
Donc voila ce qui a failli être la première fois...
Nous nous sommes séparés quelques semaines après en bons termes.
Arrivent les choses sérieuses...
Donc un jour je rencontre la superbe brune dont j'ai parlé plus haut.
A cette époque, elle avait un copain, une espèce de pauvre type dont elle ne savait trop que faire.
Nous avons été amis quelques temps, pas longtemps.
Un jour, on se retrouve dans ma chambre, elle avait à me parler, me dit elle.
On en a rigolé plus tard, car elle hésitait, et je lui dis avec mon grand tact de l'époque : "et bien, crache là, ta Valda"
Elle me parle de ce mec, me dit qu'elle m'aime, mais préfère qu'on reste amis.
Je me dis "et merde...", et lui dit d'accord.
Et puis, l'ambiance devenant très gênante, elle sort de ses gonds et me tombe dans les bras.
Et voila, le mal était fait.
Elle s'est ensuite débrouillée avec son type, et nous avons vécu notre amour.
C'est allé tellement loin, tenez vous bien, que je l'ai quasiment "enlevée" à sa majorité, nous avons foutu le camp chez ma mère en Essonne, et un jour on a reçu la visite de son père CRS et de sa tante.
C'était plutôt tendu, mais bon, on s'est expliqués.
Je me rappelle le jour où il est venu déjeuner, a posé son flingue sur la table du salon, est revenu dans la cuisine comme si de rien était, jovial, puis a fini par dire à ma mère que de toute façon, si je faisais le con avec sa fille, on me retrouverait entre quatre planches, vous vous doutez bien que la pauvre femme était terrifiée, la fille du gars courroucée contre lui, et moi, je me suis levé furibard en lui disant qu'il était chez ma mère, et avait intérêt à se calmer fissa, "pouchka" ou pas, ce qu'il a fait.
Quelques mois plus tard, on s'est fâchés avec ma mère, et elle m'a incité à retourner en Dordogne, on s'est en fin de compte retrouvés chez ses vieux, énorme erreur, ils m'ont bien fait payer la note.
Ceci dit, c'est à cette époque que j'ai appris à bouger mon cul (divers stages de maçonnerie).
Mais revenons à cette première fois.
C'était passionnel depuis quelques temps, mais jusque là, on avait seulement mimé l'acte comme de jeunes loups affamés.
Et puis arrive le grand jour, où plutôt la grande nuit...
Me voila me retrouvant devant cette beauté à poil qui attend mon sexe.
ça s'est fait par devant, plutôt agréable mais un peu tendu.
En fait, c'est quand on l'a fait la deuxième fois que je me suis aperçu que son hymen n'était pas parti la veille.
Cette fois-ci, elle se met à "quatre pattes" (c'est vilain, cette expression), et me présente son magnifique derrière.
On était plus ou moins dans le noir, mais jamais je n'oublierai cette oeuvre d'art.
J'arrive en elle, et cette fois-ci, c'était assez compliqué, car en levrette, je l'ai appris avec d'autres, il y a des histoires de taille (je parle de la taille du corps) qui fait qu'on doit faire quelques ajustements (désolé de cet aspect technique, ce n'est pas très poétique, je l'avoue).
Et à un moment, en plein plaisir, il se passe un truc bizarre, un drôle de bruit, une sorte de "pshhh", elle devient toute gênée, car je suis ressorti craintif, et me dit "ce n'est rien, continue", et j'ai continué...
Nous avons appris plus tard que c'était la déchirure de l'hymen.
Voila, cette histoire s'est mal terminée, car j'ai du partir à l'armée, elle n'a pas sû m'attendre, et ayant la chair faible, elle m'a trompé, puis a préféré rompre par courrier.
J'ai essayé désespérément pendant mes permissions de la faire changer d'avis, je voulais lui pardonner (ce que je ne ferais plus maintenant), mais rien n'y fit.
Je crois que je n'ai jamais autant pleuré, pendant des jours, j'espérais mourir noyé dans un océan de larmes.
J'ai mis des années et des années à l'oublier, bien qu'ayant d'autres compagnes par la suite...
Je l'ai retrouvée dans l'annuaire il y a une dizaine d'années, lui ai écrit, elle n'a bien entendu jamais répondu, et d'ailleurs, c'est tant mieux, car cette tentative était grotesque.
Puis est arrivée la délicieuse Mme Poison, qui a envoyé ce fantôme très, très loin...
J'espère que mes quelques lectrices féministes qui passent quelquefois me pardonneront ces écarts de langage à la San Antonio soft, mais je l'ai raconté avec la plus grande sincérité possible.
(J'avais oublié de taguer, je ne sais pas s'ils l'ont été, je n'ai pas eu le temps de lire les blogs ces derniers jours, mais je propose le relais à Elsa, Gaël, Homer, Le Coucou, s'ils le veulent bien).

KREMLIN DES BLOGS


Bon, allez, c'est parti , zou, j'y vais au feeling !
Mon premier Kremlin des blogs...
Je ne peux pas, comme Homer, faire Jour1, Jour2, je ne suis venu que le jour "dit", et en plus, tard, mais bon, j'ai fait de mon mieux (en plus, j'ai encore oublié le caméscope, pas de photos à vous servir, D'Ohhh !!!).
Du coup, j'ai appris par le Number One, (faudra que je fasse un billet genre "the prisonner" sur ce sujet, si un de vous me pique cette idée, ça va chier, vindiou...) que je remercie pour l'accueil et qui va gueuler pour la photo, je sais, j'suis un salopiot, et en plus, j'en connais un qui va me demander des droits d'auteur, qu'Elsa venait juste de partir, alors que je tenais à la remercier en face de la part de Mme Social et moi même pour son engagement pour cette fameuse pétition qui prend de l'ampleur.
Tant pis, je sais qu'elle habite dans le coin, et on est pas très loin non plus, on aura l'occasion de se recroiser "at The Magic Comete".
Discussions HILARANTES avec Dagrouik (il est fou, celui-là!) et Martin sur des histoires de pelle et de fourche-bêche, comprend qui pourra, c'est à dire personne sauf les témoins !
Palabres rapides avec Hypos qui est ma foi dans le réel un SACRE NUMERO, Hypos je te salue, j'ai été enchanté, ainsi qu'Olympe qui m'a l'air d'une grande dame qui en impose.
Echanges passionnants, trop courts avec le Barman, que je salue.
Méfiez-vous de cet homme, avec sa bonne bouille, il est très convaincant !
J'ai discuté un peu avec le fameux Lolox-Viandox, j'espère qu'il ne s'est pas réveillé avec un mal de tête, car je l'ai saoulé (c'est le cas de le dire) avec une sombre histoire d'absinthe...
J'avais aussi à côté de moi le talentueux taulier de Kremlin-Village (je ne sais pourquoi, il se levait tout le temps, il doit avoir des problèmes de vessie... ;) )
Donc, pour résumer, soirée trop courte, pas eu le temps de discuter avec tout le monde.
Dédicace au personnel et au taulier de ladite Comète, sympas (Seb, arrête de rouler des épaules, et de faire le vilain, ça se voit que t'es un bon gars ;)) et pros, j'ai bien mangé.
Bref, un goût de reviens-y pour toutes ces raisons.
Et ne l'oublions pas, c'était en l'honneur d'un gros pachyderme à cerveau de noix, bien attachant!

vendredi 9 octobre 2009

MESSAGE A MES AMIS BLOGGEURS


Voila, je viens vous le dire, mon clash pour cette pétition était un appel au secours, et si j'en ai blessé quelques uns, je m'en excuse.
Sachez bien que je n'en attends rien "juridiquement", c'est plus symbolique qu'autre chose, mais c'est très important, en fin de compte.
Et surtout, surtout, je vous dis merci, à toutes, à tous, car j'ai vu des choses formidables, des engagements subis et spontanés, j'ai eu de très touchants messages pour me demander de ne pas arrêter, et bien entendu, je n'arrêterai pas ce blog, qui fêtera dans quelques jours son 1er anniversaire.
Bien souvent, j'ai douté, je me suis dit, en lisant des blogs prestigieux, pros, aboutis, que ce que je faisais était minable (mais ne faut il pas être dur, exigeant avec soi même), mais mes lecteurs m'ont toujours encouragé, chacun à leur manière.
Simplement, pour diverses raisons, je vais ralentir la machine, il y a aura moins souvent des billets, mais je me défoncerai pour qu'ils soient meilleurs, et même, et surtout mes "ennemis", mes contradicteurs sont les bienvenus, parce qu'ils m'aident à avancer.
J'ai le plaisir de vous annoncer que cette pétition dont j'ai parlé plus bas, que Nicolas, Homer, Le Coucou ont relayé (si j'en oublie, j'en suis désolé, c'est que je n'ai pas vu passer), est en passe d'atteindre les 100 signatures, et elle les dépassera, j'en suis certain.
Mention spéciale à Elsa, que je connaissais à peine, et qui s'est donnée à fond pour cette cause.
C'était un découragement, le blog et la pétition, ce sont deux choses différentes, je n'avais pas à faire d'amalgame.
Et bien entendu, Madame Social, qui fait sa timide, vous remercie du fond du coeur.

lundi 5 octobre 2009

JE NE PEUX RESISTER !


J'avais dit que j'arrêtais, mais là, là...
Je ne peux passer cela sous silence, ça frise le génie humain.
Du nouveau pour nos amis de la gente canine !
Voila le sextoy pour chien !
description en résumé : le machin a pris deux ans de réflexion, ça déjà, je suis pantois et admiratif !
il est ergonomique, prat(r)ique, sécurisant (???), et surtout, tenez vous bien... DECORATIF !
Je n'en peux plus de rire, un tel niveau de connerie commerciale, c'est du génie !
Toutou va être content de savoir que de s'humilier à se taper un vague canard gonflable (il parait qu'ils ont voulu faire un caniche) devant toute la famille, c'est DECORATIF !
En plus, ventousé, pour des heures et des heures de jeu...
C'est raté, toutou...
Essaie encore une fois !
Le chien, à mon avis, il s'en fout, il n'a par nature aucune pudeur.
Mais par contre, un petit coup pour le chien, mais un grand bond en arrière pour l'humanité !
Il est triste, ton caniche, il a pas d'yeux pas d'bouche.
(Tu me fais un camion ?)
Franchement, comme si un chien avait besoin de ça, lui qui sait si naturellement se frotter sur n'importe quoi (lâche ma jambe, kiki !) pour se soulager.
Ah, à propos, la société produit à 80 % du mobilier contemporain, ce qui peut expliquer l'argument décoratif.
Et pour les femelles, ils n'ont rien prévu ?
Tenez-vous bien, ça s'appelle "hotdoll", je ne peux croire qu'ils ne l'ont pas fait exprès pour que ça rappelle le fameux chien chaud qu'on trouve dans toute bonne ville etats-unienne.
"Le « cône » a été développé sur une base de matériel employé par les vétérinaires (avec la complicité de vétérinaires, en plus, c'est du joli). Le cône est fabriqué en silicone. Il peut résister à des températures de -40° à +220°C et offre une excellente tenue aux UV. " 220, on a une sacrée Marge
Par contre, la tenue aux UV, c'est une subtilité de la sexualité canine qui m'échappe.
Je soupçonne un certain légume d'en avoir déjà commandé un pour son propre amusement, je l'ai toujours trouvé bizarre, celui-ci...
Je sais, bande de curieux, vous allez me demander comment ça se nettoie après, débrouillez-vous, allez sur Google (bah oui, vous croyiez qu'on se paye la tête du youki dans le salon, et qu'ensuite on ne nettoie pas ses cochonneries ? regardez, il a fini, il se barre, hautain, il vous a bien eus).

lundi 28 septembre 2009

LE PUTASSIER, C'EST TERMINE

A plusieurs reprises, sur ce blog, j'ai soumis une pétition que j'ai créée et qui me touche de près, car c'est ma compagne qui a été victime de cette histoire.

Je me suis démené sur facebook, sur twitter, ici, et je n'ai obtenu que 67 signatures depuis des mois; bien entendu, je n'ai pas sollicité que le web, aussi des gens de ma famille, des amis personnels...
Olivier Bonnet, vous savez Olivier Bonnet, pour qui vous vous êtes, on s'est tous mobilisés, il a signé, lui, pour moi, bien avant qu'il aie besoin de mon aide.
Méditez, ceux qui ne l'ont pas fait, ou qui tout au moins n'ont pas daigné me dire : "je l'ai lue, je ne signerai pas pour X raisons, mais je t'ASSURE QUE J'AI PRIS LE TEMPS DE LA LIRE."
Même certains de mes amis d'enfance n'ont pas daigné la regarder, n'ont pas daigné se pencher sur le combat de ma compagne, seule contre un organisme et ses complices.
Méditez, vous allez en avoir le temps, car ce blog s'arrête maintenant , avant même son 1er anniversaire, le 18 octobre.
Je tiens quand même à citer une partie de ceux (qui lisent ce blog ou en connaissent l'existence) qui ne sont pas concernés par mon amertume (sans compter ceux qui ne savaient pas) :
Gaël
Mike Matheron
Benoit Lentz
Liliane Gabel
Muriel Sénéchau
Alain Cyprien
Olivier Bonnet
Francine Deferr
Martine Durand
Manuel Vieira (Un ami comme toi, c'est très rare...)
Sylvain Opsomer
Farid Echeickr
Sapho

Adios, donc, bésitos, comme dirait quelqu'un.

vendredi 25 septembre 2009

J'AIME BIEN LES CHAINES

J'aime bien les chaines, parce que quand je suis linké, feignasse que je suis, ça m'oblige à me mettre "au boulot, bordel!"
Je suis donc sollicité par ce cher Homer qui me demande de citer cinq blogs qui m'agréent, et qui ne sont point au top 100 du wikio.
Bon, cet exercice, je l'ai pratiqué une ou deux fois sur ce blog, sans avoir été sollicité, car ça me fait toujours plaisir de parler de mes potes blogonautes.
Donc, cette fois encore, au lieu de faire "D'Ooooh !", "pinaiiise", et retarder l'échéance, je vais au contraire m'y coller avec plaisir et plénitude, uh, uh...
ça tombe bien, j'en ai plein, des qui ne sont pas classés au wikio, parce que soit ils s'en foutent, soit ils ne savent même pas ce que c'est ! Des sites d'arts et de littérature, par exemple, pour changer un peu de certains blogs politico-rocambolesques (quoique le taulier a l'air de faire des progrès, il parle d'art, ici, très lapidairement, certes, mais ça m'a quand même laissé sur le cul...

Le blog de Michel Benoit, que je vais peut être aller voir ce week-end, dans son nivernais, pour une représentation de sa nouvelle pièce, dans la salle qui porte le nom de ma grand-tante (je sais, je vous bassine avec ça, mais je n'en suis pas peu fier).
Michel a plusieurs cordes à son arc, historien, écrivain, auteur de pièces de théatre, auteur de chansons... et c'est surtout un bel être humain. Depuis quelques temps, son chat Arthur y tient une chronique, délicieusement impertinente.

Le blog de Marie Deschaux, que j'ai connu un peu "par hasard", par le biais d'un machin pour booster la notoriété de son blog (c'est naze, mais on y croise des tas de beaux blogs) .
Voila une jeune femme qui a un talent certain pour l'écriture, et un en particulier, d'exorciser et transcender toutes ses souffrances, ce qui fait qu'on la lit sans déplaisir, bien au contraire; elle a eu un coup dur récemment et en parle superbement, comme à son habitude.
Alors, si vous avez un peu de temps, allez la lire, vous ne serez pas déçus, et laissez lui un commentaire, ça lui fera chaud au coeur.
Et en plus, elle peint !

Le blog de Stef, qui me fait souvent le plaisir de me laisser des commentaires, et de me citer sur son blog.
Je pense que je peux citer son blog, puisque classé au wikio, mais pas dans les 100 premiers, je crois (mais ça ne saurait tarder !)
Que dire ? c'est frais, pertinent, bien documenté, et on sent chez lui une soif de justice et d'équité, une saine révolte qui fait plaisir à lire. Allézivoir, trébobiyés ! ;)

Le blog de Jacques, je l'aime beaucoup, aussi.
Lui, jusqu'à il y a peu, il était vraiment nul en html, et autres gadgets du web, ça va mieux, lol, mais je peux vous dire que question opinions, il n'a pas la langue dans sa poche et il sait de quoi il parle !
Quant à sa patience envers ses "trolls", elle est légendaire, il ne censure jamais rien, et cela donne des morceaux d'anthologie parfois plus croustillants que les billets.
Hop, faites un saut !

Les loufoqueries, j'aime ce site, parce que... c'est le mien !
Bon, je l'ai délaissé depuis un moment, mais promis, si vous me harcelez assez, je le rendrai encore plus barge... :-D

(Bon, je viens de m'apercevoir qu'une fois de plus, quand je réponds à une chaine, je fais n'importe quoi, on m'avait demandé de dire pourquoi j'aime les noms de ces blogs, pas les blogs eux-mêmes. Tant pis, hein, oh, ça va bien, là! pffff.... en plus, pour ce qui est de passer le relais, j'ai bien l'impression que tout le monde a déjà été taggé ! à moins que vous ayez des noms)

jeudi 24 septembre 2009

QUELLE BASSESSE



Je vous laisse découvrir ce que dit ce pauvre type après avoir visionné le film "Walter, retour en résistance" :

http://tardy.hautetfort.com/archive/2009/02/24/reaction-au-film-walter-retour-en-resistance.html

On voit bien là toute la bassesse de certains (beaucoup) d'élus ump de ce pays.

La voix de la vérité ne leur plait pas, à ces messieurs-dames, ils voudraient que tout le monde se la ferme, et nous faire prendre les résistants (qui résistent encore !) pour de pauvres gâteux, qui se laissent embobiner par de dangereux "gôchisses".
La bonne affaire...

hautetfort, ça lui va bien.

Les cons, ça ose tout... haut et fort !

Sans parler des réactions injurieuses du président de l'association des Glières, les réactions d'Accoyer, et cie... il y a longtemps que tous ces braves gens ont renoncé à leur honneur.

Ne ratez ce film SOUS AUCUN PRETEXTE :
http://www.walterretourenresistance.com

  • Raymond AUBRAC, ancien résistant, ex-préfet de région :

    "C'est un film magnifique, une leçon de civisme, d’humanisme et de courage. Un élan d'optimisme."
  • Stéphane HESSEL, ancien résistant, ancien déporté, co rédacteur de la charte universelle des droits de l’homme, ancien ambassadeur de France.

    "Il faut absolument défendre les valeurs fondamentales, et c’est là qu’un portrait comme celui de Walter Bassan est un merveilleux exemple de ce contre quoi il faut résister aujourd’hui."
  • Sophie R, spectatrice :

    "Votre film est admirable car il parle de la résistance au sens le plus large possible et non à la résistance que l'on veut garder sous une cloche, dans un musée, que les politiques commémorent à des fins politiciennes."


TOUT, VOUS SAUREZ TOUT SUR L'ECUREUIL

Prétextant un départ à Toulouse (en fait, il y a envoyé toute la petite famille en prétextant comme excuse une vague grippe) , l'impayable, l'ineffable, l'innénarable rongeur s'est caché durant quatre jours de nos regards de curieux afin de pratiquer son activité favorite : se prendre pour un vrai écureuil !
Mesdames, cachez les chastes yeux de vos enfants innocents car cette scène est insoutenable, elle nous montre la terrible déchéance d'un homme...

lundi 21 septembre 2009

QUI L'EUT CRU ? L'EUSSES TU CRU, TOI ?


Des pâtes, oui, mais des papattes qui courent sur des touches nacrées...
Oui, c'est bien ce lien qu'il y eût entre notre VGE national et Lady Diana.
L'accordéon !
Ce magique instrument qui créa subitement ce coup de foudre entre le déplumé et la belle.
Anne Aymone, il faut bien le dire, soupirait de désespoir quand notre Valéry national sortait son instrument lors des fêtes de famille, et nous en chantait une ch'tite.
Puis un jour, la princesse le croisa, lui, l'handicapé du langage et des discours au coin du feu, mais pas des touches nacrées, elle le vit jouer, et se dit "oh, it's so frenchy !"
Les doigts du maigre coucou couraient avec agilité sur les touches, et ça la fit frémir, lui donna la chair de poule.
C'est ainsi qu'ils devinrent amants, presque logiquement.
L'homme à l'accordéon avait pour elle infiniment plus de charme que les oreilles-radars et les cravates à chier de son Charles de mari.
Elle prit secrètement des cours d'accordéon à Buckingham, personne jamais ne le sût.
Charles se doutait de quelque chose, il tenta bien de sortir de son engoncement, changea même de coiffure, se punkisa, mais rien n'y fit.
Son regard, sur cette photo, sous ses cheveux remplis de gel Studio Line, nous dit bien son anxiété à voir Diana sous le charme du frenchy et de son accordéon.
Voila, Voila, quoi...

dimanche 20 septembre 2009

UN PEU DE SERIEUX, SVP...

On entend tout et n'importe quoi depuis quelque temps sur la grippe H1N1.
Une folle, une journaliste "free lance" qui porte un nom, je ne m'en souviens plus, du genre "Jane double cheeseburger" est allée saisir la justice pour dénoncer, soi disant avec preuves irréfutables, une cabale destinée à assassiner des millions de gens, avec la complicité, tenez vous bien, d'Obama en personne, par le biais d'un vaccin qui deviendra obligatoire!
Un peu de sérieux...
Qu'on nous impose, pour engraisser les labos pharmaceutiques, un vaccin élaboré à la va vite et qui risque de poser plus de problèmes de santé que d'en régler, je veux bien le croire, et même croire qu'il risque d'être mortel POUR QUELQUES CAS ISOLES.
Par conséquent, en ce qui me concerne, j'éviterai par principe de précaution (un peu comme pour les ogm, quoiqu'il devienne presque impossible de les éviter...) de me le faire injecter.
Mais de là à affirmer que le vaccin est volontairement mortel, il va falloir arrêter un peu de fumer la moquette !
Non pas que je fasse de l'angélisme et que je pense que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil...
Mais quel intérêt de trucider des millions de consommateurs potentiels ?
Nous sommes bien dans une société de consommation, non ?
J'avertis à l'avance que les commentaires de siphonnés du complot "Illuminatis" seront modérés si besoin est.

vendredi 18 septembre 2009

CHRISTINE BOUTIN NE CESSERA JAMAIS DE M'ETONNER

Christine Boutin sait parfois se servir de son cerveau.
Alors que je la descendais en flammes il y a peu, voila qu'elle nous pond une bonne idée, à savoir effacer le casier judiciaire d'un sortant de prison après plusieurs années de bonne conduite (sauf pour les peines les plus graves).
J'ai entendu ça il y a quelques jours à la radio, mais après m'être renseigné, je me suis aperçu que ça faisait plusieurs années qu'elle militait dans ce sens.
Auriez-vous quelques idées de gauche, mme Boutin ?

jeudi 17 septembre 2009

DE MIEUX EN MIEUX...

Quand on n'a pas droit à ça :"Error 500 Internal server error Un problème inattendu est survenu Veuillez réessayer ultérieurement" sur le site "désirs d'avenir", on a droit à ce que vous voyez ci dessous.
Je crois que ça se passe de commentaires, ce n'est pas avec des guignoleries pareilles qu'on va gagner en 2012.
D'ailleurs, je n'ai pas encore vu l'intervention d'avant hier soir de Ségolène Royal, mentionnée ici et , et je ne suis pas pressé de la voir...

lundi 14 septembre 2009

L'ETAT VA RENFORCER LE CONTROLE DES ARRETS DE TRAVAIL DES FONCTIONNAIRES

http://www.lesechos.fr/info/france/020134127253-l-etat-va-renforcer-le-controle-des-arrets-de-travail-des-fonctionnaires.htm
La belle affaire...
La fonction publique, on devrait plutôt s'y consacrer en montant vers les hauteurs, et y traquer les emplois fictifs, les dépenses inconsidérées, les placards dorés, les avantages de complaisance, les magouilles et copinages de nomination, ce qui est le quotidien des =====> HAUTS FONCTIONNAIRES !
Ah, pendant que j'y pense, aller faire un tour à l'assemblée nationale pour y coller un bon coup de pied au cul des saligots qui y pioncent, et un coup de pied dans le train à domicile pour ceux qui ne s'y pointent jamais.
(Dans la liste des feignasses absentéistes, on a même le frère de Rocco Siffredi, je laisse mes brillants commentateurs développer...)

HORREUR, MALHEUR !

Je viens de me rendre compte d'une chose (ne me gueulez pas dessus, je ne fréquente pas votre bande de fous depuis longtemps, moi) :
Quicoulol est une émanation de Balmeyer, et c'est aussi désopilant et farfelu ! (ça a même l'air pire !)
Horreur, malheur, cet individu psychopathe est le taulier de deux blogs, peut être même d'un autre qu'on m'aurait caché...
Ou me cacher, où ?
Nulle part, je suis condamné à mourir un jour de rires convulsifs sous les coups de cet assassin farfelu.
C'est la vie...

(Je suis faussement rassuré, le "Quicoulol" en question est visiblement un site abandonné en 2008 par son créateur.
Mais vu toutes les archives à parcourir, sa dangerosité doit être comparable à ces obus qui vous pètent à la gueule plusieurs décennies après leur atterrissage dans la luzerne)

ON EN APPREND DE BELLES

Le champ de manoeuvre, c'est bien là que tu as fait des trucs cochons avec le sergent du troisième peloton ? Je pensais qu'après ça tu ne voudrais plus jamais y mettre les pieds...

(secouant son écran de plus en plus fortement) mais tu vas arrêter ces insinuations oui ?!

qui t'a dit ?!

encore le Marc hein ? je savais bien que j'avais tort de lui montrer mon uniforme et mon album photo, marqué "kan je sui devenu un Homme !"... Il a dû remarque un truc

Ah ouais, faut se méfier avec le Marc. Tu sais, les anciens trotsks, pour les infos souterraines, ils sont champions.
Ceci dit, je comprends que tu souhaites que tout ça n'apparaissent pas sur la place publique. Surtout la série de clichés où tu es à 4 pattes. C'est quand même très humiliant."

(Je n'aurai jamais été aussi putassier qu'aujourd'hui.
Vous m'excusez, je vous laisse, je cours me planquer dans mon abri anti-écureuil courroucé...)

COMBIEN VAUT UNE VIE CHEZ FT ?

23 suicides.
C'est le nombre de suicidés en un an et demi chez france telecom (je ne mets pas de majuscules, ils ne le méritent pas).
Sans compter les tentatives désespérées, comme cet homme qui s'est planté un couteau dans l'abdomen en réunion, quand on lui a signifié la suppression de son poste.
Qu'a fait la direction, pour endiguer cette horreur ?
RIEN...
Christine Lagarde leur demande de réunir le conseil d'administration pour arrêter cette hécatombe.
Il est tout de même lamentable qu'au plus haut de l'Etat, on doive dire à ces individus ce qu'ils doivent faire, parce qu'ils ne l'ont pas fait...
Si on considère les actes désespérés des salariés de Continental ou autres, on peut imaginer ce que donnerait un acte désespéré des salariés de france telecom si un jour il leur venait à l'idée de ne plus retourner cette violence contre eux, mais contre leurs exploiteurs.

V'LA LA DECOUVERTE DU SIECLE...

De fabuleux scientifiques nous délivrent un scoop, il y aurait un lien entre la dépression d'un cancéreux et son risque de mortalité.
Franchement, s'ils n'avaient pondu une étude là dessus, ça ne me serait jamais venu à l'esprit !
De pauvres pékins comme moi sont persuadés depuis des années que l'état du mental influe sur les chances de guérison ou de mortalité d'un malade, mais là, voyez vous, comme ce sont des scientifiques qui nous le disent, respect...

http://actu.orange.fr/articles/a-la-une/Une-etude-suggere-un-lien-entre-depression-et-mortalite-chez-les-cancereux.html

TIENS, TIENS...

http://www.lepost.fr/article/2009/09/13/1694845_bretagne-ivre-il-s-endort-sur-les-rails-du-tgv-et-s-en-sort.html

S'il ne s'était agi d'un jeune homme de 19 ans, et que l'évènement ne soit aussi récent, j'aurais eu un doute quant à quelqu'un qui était dans la région il y a peu...

dimanche 13 septembre 2009

ERIC BESSON, FIDELE A LUI MEME...

Décidément, c'est un festival, en ce moment.
Après Sarko qui traite les gens de pauvres cons, mâche du chewing gum en déplacement officiel, les propos vulgaires du kapo Hortefeux, on a maintenant droit aux gestes obscènes du traître...
Ce gouvernement est marqué du sceau de la grossièreté et du manque de classe.


Source : http://www.lepost.fr/article/2009/09/13/1694350_seignosse-apres-la-blague-auvergnate-d-hortefeux-le-doigt-d-honneur-d-eric-besson.html

POUR TOI, MONSIEUR POIREAU...

C'est drôle, il y a des billets pour lesquels on a beaucoup de mal à trouver les mots.
Je ne lis pas très souvent le blog de Poireau, je dois l'avouer.
Mais quand je lis certains de ses billets (pour celui là, j'y ai été amené par "hasard" par Nicolas à qui je voulais juste poser une question bête à propos de wikio...) , ça me bouleverse, cette impudeur très pudique dont lui seul sait faire preuve à ma connaissance.
Je t'ai déjà dit ce que je voulais te dire dans tes commentaires...
Juste rajouter qu'on est là :)

QUE FAUT IL FAIRE DE CET ENERGUMENE ?


Bon, je vais m'attaquer moi aussi à ce sujet épineux : que faut-il faire de cet individu après sa lamentable sortie lors de l'université d'été de l'UMP ?
Je serais assez de l'avis de Nicolas : le montrer du doigt, certes, et ne pas s'en priver, lui tailler un sacré costard (un beau, de SS) , c'est toujours un plaisir renouvelé.
Mais de là à signer des pétitions, et exiger sa démission, je pense que c'est perdre du temps et de l'énergie à donner beaucoup trop d'importance à un des nombreux complices du patron, tous aussi abjects et hypocrites les uns que les autres, je pense qu'il vaut mieux se concentrer à virer tout ce petit monde à grands coups de pompes dans le train en 2012.
Hop, un bon coup d'insecticide sur toute la troupe de cafards au moment décisif...
En même temps, je serais presque tenté de participer à la curée générale contre un tel raciste ordinaire.
C'est un pas que je franchirai peut-être, mais pour le moment, non.
Ce qui ne m'empêche pas d'écrire ce billet (et peut être d'autres à venir), et de pointer malgré tout vers la pétition de Dedalus, pour celles et ceusses qui voudraient y participer.