Paperblog http://www.wikio.fr

jeudi 24 septembre 2009

QUELLE BASSESSE



Je vous laisse découvrir ce que dit ce pauvre type après avoir visionné le film "Walter, retour en résistance" :

http://tardy.hautetfort.com/archive/2009/02/24/reaction-au-film-walter-retour-en-resistance.html

On voit bien là toute la bassesse de certains (beaucoup) d'élus ump de ce pays.

La voix de la vérité ne leur plait pas, à ces messieurs-dames, ils voudraient que tout le monde se la ferme, et nous faire prendre les résistants (qui résistent encore !) pour de pauvres gâteux, qui se laissent embobiner par de dangereux "gôchisses".
La bonne affaire...

hautetfort, ça lui va bien.

Les cons, ça ose tout... haut et fort !

Sans parler des réactions injurieuses du président de l'association des Glières, les réactions d'Accoyer, et cie... il y a longtemps que tous ces braves gens ont renoncé à leur honneur.

Ne ratez ce film SOUS AUCUN PRETEXTE :
http://www.walterretourenresistance.com

  • Raymond AUBRAC, ancien résistant, ex-préfet de région :

    "C'est un film magnifique, une leçon de civisme, d’humanisme et de courage. Un élan d'optimisme."
  • Stéphane HESSEL, ancien résistant, ancien déporté, co rédacteur de la charte universelle des droits de l’homme, ancien ambassadeur de France.

    "Il faut absolument défendre les valeurs fondamentales, et c’est là qu’un portrait comme celui de Walter Bassan est un merveilleux exemple de ce contre quoi il faut résister aujourd’hui."
  • Sophie R, spectatrice :

    "Votre film est admirable car il parle de la résistance au sens le plus large possible et non à la résistance que l'on veut garder sous une cloche, dans un musée, que les politiques commémorent à des fins politiciennes."


4 commentaires:

Le coucou a dit…

Je me demande s'il ne vaut pas mieux faire silence sur ce genre de bonhomme (L. Tardy). En parler, même pour l'attaquer, c'est encore lui faire beaucoup d'honneur, et lui offrir des lecteurs…

POISON-SOCIAL a dit…

Oui, mais comme on a les lecteurs qu'on mérite...

Jacques a dit…

Je me permets de vous renvoyer à un "vieux" billet sur mon blog...
http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2008/09/05/cnr-edvigeles-coleres-selectives-de-certains/

Et puis voici, de la même époque, un commentaire d'un anti-CRN contemporain, ça vaut aussi son pesant de cacahuétes:

"Depuis un moment, je tombe sur des billets promouvant ceci et c’est pour moi la goutte qui a fait déborder mon vase !

Utiliser le même acronyme que le Conseil National de Résistance est faire preuve d’une indigence surprenante.

Être en désaccord avec une politique doit-il permettre de se livrer à de telles stupidités.

Ces gens qui se disent malheureux, en danger ont-ils une idée de ce que vivaient leurs semblables en 1942 ? On peut en douter !

On peut visionner cette pathétique vidéo ici !"
L'auteur de ce texte, un certain "Motpassant" qui a longtemps sévi sur mon blog.

Allez, bon dimanche à vous tous. Moi, je m'en vais à la Fête Annuelle de mon Parc Régional.

jf.

POISON-SOCIAL a dit…

@ Jacques
Vous savez, le plus drôle, dans cette histoire, c'est que les donneurs de leçons offusqués sont de générations qui n'ont pas connu la guerre ou étaient trop jeunes pour la faire.
Comme par hasard, beaucoup de ceux qui avaient l'âge et ont combattu, même s'ils ne sont pas toujours d'accord avec l'engagement de certains de leurs camarades quelques peu "rouges", ne les critiquent pas, ni eux ni ceux qui les sollicitent, avec cette violence qu'utilisent les détracteurs de ce film, ni ne se mêlent pas non plus de savoir si leurs camarades sont gâteux ou séniles.
Certes, la situation actuelle, ce ne sont pas des casques, des panzers, des croix gammées, un agresseur extérieur. Certes...
Mais comme le mentionne Mr Henri Bouvier, résistant et déporté : "65 ans après la libération serait-il subversif de rappeler que la finalité de la
Résistance était certes la libération du territoire national, mais aussi celle de
l’Homme ?"
Oui, la finalité de la Résistance était le progrès social, plus de justice, plus d'humanité, de progrès, et il est juste qu'ils se dressent face à ce capitalisme rampant et inhumain que nous nous prenons en pleine face, et particulièrement les plus fragiles.
Le progrès, l'enrichissement, pourquoi pas, mais pas au détriment de la majorité de la population pour engraisser d'arrogants cloportes. Ces hommes et ces femmes avaient un idéal après la guerre, ont construit des systèmes justes et efficaces, pourquoi devraient ils supporter en silence l'infamie de quelques uns qui vont détruire tout cela en quelques années seulement ?