Paperblog http://www.wikio.fr

mardi 30 décembre 2008

NE FAIS PAS CETTE ERREUR




ARRETE DE BRULER BETEMENT POUR TES MAITRES BIEN AU CHAUD CHEZ EUX, NE TE TROMPE PAS DE COMBAT, REJOINS-NOUS, EUX NE TE DONNENT QUE LES CACAHUETES QU'ILS NOUS ONT PRISES







CA FAIT UNE BELLE JAMBE AUX 370 MORTS

"Lors d'une conférence téléphonique sur "la situation à Gaza et dans le sud d'Israël", les membres du Quartette (les Etats-Unis, l'Union européenne, la Russie et l'ONU) "ont appelé à un cessez-le-feu immédiat qui soit pleinement respecté", indique un compte-rendu publié par les Nations unies.
"Ils ont appelé toutes les parties à prendre en compte les besoins urgents en matière humanitaire et économique à Gaza et à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la fourniture continue d'assistance humanitaire. Ils se sont accordés sur la nécessité urgente pour les Israéliens et les Palestiniens de continuer sur la voie de la paix", conclut ce compte-rendu laconique (le terme est judicieux, ndlr)"

( http://actu.orange.fr/articles/a-la-une/Gaza-le-Quartette-reclame-un-cessez-le-feu-respecte-l-UE-le-veut-permanent.html )

VOILA CE QU'ON VOYAIT, IL Y A QUELQUES MINUTES, QUAND ON JETAIT UN COUP D'OEIL SUR MA LISTE DE BLOGS




Arrêtez, bon sang, les gens vont croire que c'est un site de charme, ici !






J'AI PIQUE CA A RACHID, C'EST FADA (COMME LE COMMANDO) ET HUMANISTE

Réchauffement

Ce pourrait être du Souch de fin d’année.
Un dessin de presse montrant le lauréat du prix Nobel d’économie.
Une lauréate en l’occurrence.
Elle ressemble à madame tout le monde, plutôt large des hanches, et tient un cochon rose dans ses bras.
Un cochon fendu.
C’est une tirelire.
Le speaker annonce que « le prix Nobel 2009 revient à Mme Tarteparte, qui a gardé ses économies ».
Mme Tarteparte est au garde-à-vous.
Sans doute la fierté des petites gens.
Je sais, ça commence, me direz-vous, pas vraiment folichon pour des vœux.
Alors j’efface le dessin.
C’est pour ça que vous ne le voyez pas.
Je viens de l’effacer.
Pour 2009, qui approche, je nous souhaite de trouver des traces de vie extraterrestres.
Après tout, il n’y a aucune raison que la Terre soit le centre du monde.
La Terre n’est qu’une petite planète tournant autour d’un petit soleil.
Et comme le savent les gens de bonne foi, il existe des milliards de milliards de soleil possiblement au centre d’une ronde de planètes où la vie est tout aussi possible que chez nous. C’est même pour ça que la Nasa s’apprête à lancer le télescope Kepler, en avril prochain.
C’est un télescope spatial qui peut surveiller 100 000 étoiles simultanément, tout en épiant le moindre signal susceptible, dans les « zones habitables », de révéler la présence d’un équivalent Terre en orbite.
Si je nous souhaite de trouver des traces de vie ailleurs que chez nous, c’est parce que d’autres hommes, d’autres femmes que nous, peut-être, sait-on jamais, ont les réponses et le cœur et la sagesse que nous n’avons pas.
Nous commençons à nous préoccuper du réchauffement climatique.
Peut-être ces créatures encore inconnues ont-elles commencé par le commencement et déjà réglé la question du réchauffement de la chair au moment où le dard du soleil vient brûler la langue asséchée de l’enfant décharné ; la question du réchauffement de la chair au moment de l’impact de la balle ou de l’éclat d’obus.
Je pense à ces marmailles, à ces femmes, à ces hommes des pays pauvres.
Je pense à ces marmailles, à ces femmes, à ces hommes du Proche-Orient après les raids israéliens à Gaza.
Par parenthèse, drôle d’arithmétique, inqualifiable, que celle de l’Etat hébreu qui exige, à chaque « réchauffement » de la tension, le meurtre de dix Palestiniens pour venger la mort d’un Israélien.

JE SUIS HAS BEEN ET J'AIME CA

Normalement, je devrais faire ici ce que je fais d'habitude, maugréer et feuler contre ce qui se passe à Gaza en ce moment (Grrrrr !) , contre la hausse des cotisations de mutuelle, tel et tel scandale... mais je ne sais, soit la répétition des mêmes injustices sur la population de Gaza me fout tellement en pétard que les bras m'en tombent, et je ne sais même plus quoi en dire (et puis Olivier Et Jacques le font tellement mieux que moi), soit c'est la période des fêtes et je suis un peu flemmard question indignation ; mais mon baromètre essentiel (en tant que "guerrier du clavier", comme disent mes amis de "l'Avenir c'est Maintenant") étant ma capacité d'indignation, ça ne saurait durer longtemps, cette apathie et ce manque d'appêtit ! waow, t'as vu ça, mec, je slame...

Donc, je parlerai de mon côté "has been"; si vous me dîtes que je suis has been, pour moi c'est un compliment; il y a quelques temps, avec Sylvain, un vieil ami, on a eu une conversation là dessus et on a décrété être has been, et qu'on en était fier (quels couillons...).
Eh oui, j'aime dire "ce truc est GRAVE KITCH, je le veux !" ou "c'est IN", j'adore ressortir des expressions de la seconde guerre mondiale, genre "faut pas pousser mémé dans les orties" ou "tant va la cruche à l'eau qu'à la fin tu m'les brises".
J'oscille donc entre ce qui se disait il y a quelques années, ou carrément de l'argot d'il y a des décennies (je n'ai heureusement pas régressé jusqu'au "vieux françois", Diantre !)
Mais vous allez me dire "non, tu n'es pas has been, juste hors norme, ou passéiste" et je vous réponds d'aller vous faire en... (coder), car has been, c'est comme un étendard, un torse de l'Armée rouge rempli de médailles , on est fier de l'être, ça veut dire "a été", "est dépassé", bah je veux, mon neveu, que j'ai été, que j'ai vécu, et que je préfère me faire dépasser par les trop pressés qui ne voient rien du paysage, un peu comme en TGV.
Donc voili voilou , comme dirait l'andouille de Flanders, c'était un Ode au has been.
Votre serviteur...

TRES BEAU POEME DE VITEZLAV NEZVAL

Mon chant est un ruisseau


Quand le monde sera une étable comblée
Quand les guerres seront finies
Alors buvez mon chant comme du thé au lait
Dans des tasses myosotis

Vous affamés d'hier ombres maigres et dures
Mon chant est un ruisseau mon chant est une mûre
Quand le chœur des humains fera sonner le monde

Comme un atelier de potier
Alors mangez mon chant dans une assiette ronde
Ornée d'un motif d'oignon bleu

Vous affamés d'hier ombres maigres et dures
Mon chant est un ruisseau mon chant est une mûre
Dans ce monde incertain comme barque qui penche

Mordez dans mon chant travailleurs
Comme dans le pain blanc du matin à dents franches
Le pain blanc à la fraîche odeur

Vous affamés d'hier ombres maigres et dures
Mon chant est un ruisseau mon chant est une mûre
O ma patrie de monts et de rivières vertes

Moi qui t'invoque à chaque instant
Je suis comme le coq dressant au ciel sa crête
Je chante et chante tout le temps

Vous affamés d'hier ombres maigres et dures
Mon chant est un ruisseau mon chant est une mûre
Mon chant est un ruisseau mon chant est une mûre

lundi 29 décembre 2008

VOILA QUI EST PLAISANT POUR SE METTRE EN PLEINE FORME

http://risotherapie.blogspot.com

POUR FINIR L'ANNEE EN RYTHME, UN VIEUX TUBE ROOTS

Franchement, j'ai un blog, je ne sais même plus ce que c'est, musical, d'opinion, chroniqueur, pamphlétaire, poétique, artistique... eh bien, s'il est inclassable, tant mieux.

ET LES PLUS PROMETTEURS

*Djaladjomathematiques
Ce que j'aime surtout, chez Aboubacrine , c'est sa modestie : "Ouvert à toutes et à tous. Blog d'informations générales".
Pardon, très cher, mais c'est un peu plus que ça !
Ce monsieur n'est visiblement pas doué que pour les mathématiques; tout en restant souvent ciblé sur les évènements de son pays, le Mali, il nous cautionne malgré tout d'infos variées et essentielles; le tout sans jugements à l'emporte pièce, mais sans pour autant être "fade".
belle alchimie, donc; tous mes encouragements vous accompagnent.
http://djaladjomathematiques.blogspot.com/

* Liliane Gabel
Elle n'a pas de blog que je puisse mentionner (on se demande ce qu'elle attend, d'ailleurs, mais elle a une excuse, elle écrit des livres; je ferais bien de m'y mettre aussi, moi, au lieu de trainer mes guêtres ici !), mais on peut toujours consulter son profil sur facebook; Liliane est l'auteur de quelques billets publiés ici, l'auteur de quelques beaux bouquins que je ferais bien de me mettre à lire ! et une personne engagée dans de fortes causes comme celle des sans-abris (eh oui, dsl de "gâcher" le mercantilisme de Noël et de la fin de l'année, il faut bien marquer le coup, c'est normal, mais il y a des gens qui pendant ce temps là sont dehors et ne peuvent le fêter) depuis de nombreuses années (Samu social), donc il est normal que je la mentionne dans ces lignes.
Longue vie à toi.


(Je n'ai pas terminé les mentions, la suite ce soir au plus tard, promis)

LES BLOGS LES PLUS PROLIFIQUES DE MA LISTE, SUITE...

En fait, ce titre est stupide, puisque tous les blogs de ma liste sont prolifiques et talentueux, sinon, eh bien, ils n'y seraient pas !

J'ai tenu en fait à citer en premier les blogs que je vais lire régulièrement, qui n'ont pas forcément une notoriété accrue (du moins en ce qui concerne les commentaires; c'est d'ailleurs le cas du mien, mais les choses évoluent, et ce que j'aime, c'est que c'est souvent les mêmes personnes qui les font, ce qui met une touche "bouffe à la maison", j'aime bien...), mais n'en méritent pas moins des éloges... il est possible que j'oublie du monde, mais encore une fois, croyez-le bien, si vous êtes sur ma liste, c'est que j'aime ce que vous faites.

Donc voici maintenant (roulements de tambours) les cadors, les poids lourds (ne prenez pas en compte l'ordre d'arrivée, il faut bien que je commence par quelqu'un):

* Plume de presse
"le blog d'un journaliste sabre au clair" (rien que l'intitulé, c'est quelque chose !)
Que dire ? déjà, on reconnait bien sûr le vrai journaliste (pas comme moi, usurpateur que je suis), c'est "chié" (pour parler chébran), ça a de la gueule, Olivier maitrise ses sujets avec brio, et on obtient donc de l'info très sérieuse, avec en prime son opinion éclairée; les commentaires sont souvent intéressants (quoiqu'on en dise, les commentaires sur un blog jouent beaucoup ); et on a à faire à quelqu'un de très engagé, qui n'a pas peur de prendre des risques, et ça , ça me plait (parce que moi, je n'ai pas peur qu'on me retire ma carte de presse, je n'en ai pas !)
http://www.plumedepresse.com/

* Partageons mon avis
Alors lui, c'est quelque chose, le Nicolas...
Dans le genre "je dis ce que je veux, et je peins ma salle de bains comme ça me (c)hante", j'aime !
Par dessus le marché, je ne suis pas toujours d'accord avec lui, et ça j'aime aussi, justement.
Et pour ce qui est des commentaires, là c'est un régal... on a l'impression d'être dans l'atmosphère enfumée d'un bar de quartier, on s'y croirait ! c'est rempli de personnages pittoresques, de propos amusants et provocateurs; y'a du monde, il faut pousser les tables souvent; bref, on se sent bien, chez toi. N'arrête surtout pas.
http://jegpol.blogspot.com

* L'avenir c'est maintenant
Voila une équipe talentueuse, qui n'est pas que sur son blog, mais aussi sur le terrain, et qui accomplit de belles choses, voir article sur l'armée d'Afrique; (mention particulière à Rachid qui vient fréquemment agrémenter mon blog de commentaires judicieux et chaleureux; merci encore); bref, le "site qui monte", comme disent certains; la description du blog en dit long tout en résumant l'essentiel : " ....Nous voulons juste, à la lumière des quelques informations ici fournies, rappeler à tous de ne pas condamner sans s'informer, de ne rien rejeter sans avoir tous les éléments d'informations nécessaires afin de se forger une opinion éclairée et argumentée. Quelle qu'elle soit, même opposée à la nôtre, car nous serions extrêmement étonnés que tous soient d'accord avec nous! "
Je n'en dis pas plus, à visiter d'urgence.
http://lavenircestmaintenant.skyrock.com/

dimanche 28 décembre 2008

POUR FINIR L'ANNEE AVEC DE LA PURE BEAUTE

Cet homme s'appelle Paul Potts, il est gallois, il était vendeur de téléphones à l'époque de cette vidéo, en 2007 ; ce n'est pas tellement sa prestation (très bonne au demeurant, mais ce n'est pas la voix d'un ténor professionnel, c'est vrai) qui est la plus impressionante, c'est surtout de voir le changement radical d'attitude du public et du jury; comme un miracle... c'est tout bonnement incroyable, cette vidéo a été regardée des milliers de fois sur youtube, cet homme a une voix en or, et surtout ce qui est fou, c'est l'émotion qu'il crée en quelques courts instants, la transformation du public et du jury après quelques secondes, il faut voir les têtes en le voyant débarquer, il y avait tout à craindre... eh bien non ! les applaudissements fusent très rapidement, même des gens pleurent dans le public; le jury est scotché, c'est magnifique... d'ailleurs, on ne croirait pas un reality show, mais l'extrait d'un film. Son passé indique qu'il avait déjà fait des prestations et même rencontré Pavarotti, mais quand même, pour un non-professionnel qui n'avait pas beaucoup de temps pour répéter, chapeau; il est incroyable !
J'ai toujours aimé ces exemples de gens qui n'ont l'air de rien, timides, un peu gauches, et qui ont des mystérieuses cités d'or en eux.

vendredi 26 décembre 2008

LES BLOGS LES PLUS PROLIFIQUES DE MA LISTE

Voici d'après ce que j'ai observé les blogs les plus prolifiques de ma liste :

*Internapoli city

Le blog de Policcino, incontestablement une oeuvre d'art, il y met en permanence des photos dont on se demande où il les trouve, de la musique, des effets spéciaux, etc... une vraie caverne d'Ali Baba ; en fait, il gère 5 blogs en tout; mais comment fais-tu, tu fais bosser des robots ?
Bravo à toi.
http://internapoli-city.blogspot.com/

*Ma vie de Wouf
Mic est un drôle de phénomène qui se confond avec ses personnages; très prolifique, et pas que des strips ! toujours de bonnes idées, des "concourgues", des sondages, etc...
Félicitations, Mic, continue comme ça.
http://maviedewouf.blogspot.com/

*Le blog de Jacques
Jacques a un avis sur tout, ça c'est super, et il ne se gêne pas pour nous en faire profiter, bien que je ne sois pas toujours d'accord sur certains sujets, et c'est justement ça qui est sympa; en plus, il a une grande qualité, la patience, quand on constate certains individus parmi les commentaires, qu'il ne censure jamais, et je fais comme lui; d'ailleurs, ces personnages sont assez amusants... prolifique aussi, donc, mais pas brouillon, les billets sont bien faits.
http://lamauragne.blog.lemonde.fr/

*Le blog de Michel Benoit
Michel qui est écrivain et historien, tient un blog littéraire; il est dans le nivernais, je le connais par l'intermédiaire de l'image de ma grand-tante qui était une artiste reconnue dans cette région, et d'ailleurs, il a un livre en préparation sur la Nièvre au XXe siècle; c'est déjà plus difficile d'être prolifique avec un blog plus historique et littéraire que journalistique, pourtant Michel s'en sort très bien, et a toujours plein de petites photos et vidéos sympathiques, de poèmes, de billets d'humeur et d'évènements culturels à nous soumettre. Donc littéraire, artistique, poétique, prolifique, mais aussi, et c'est important, chaleureux, généreux et engagé comme son auteur, voila ce qu'est le blog de Michel.
Longue vie à toi, donc, et continue à nourrir notre esprit.
http://michelbenoit.canalblog.com/

*Le blog d'Aeris
Un vrai artiste, qui nous régale de belles photos sur ses créations et celles de ses amis, sur un beau fond noir; très joli blog, et souvent renouvelé.
Bravo.
http://atelieraeris.blogspot.com/

Cette liste n'est pas exhaustive, la suite au prochain billet...

mercredi 24 décembre 2008

AH, MON P'TIT SARKO, SI SEULEMENT...



Ils font rien qu’a nous faire des promesses
Qu’ils ne tiennent jamais
La seule chose qui les intéresse
C’est d’passer à la télé
Tout pomponnés Tout maquillés

Ils viennent parler au journal
Pendant que monte du fond des cafés
Le son de la chorale
Ah si tu pouvais fermer ta gueule

Ça nous ferait des vacances
Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça ferait du bien à la France
Et puis y’a tous ceux qui font des débats

D’la philo à deux balles
Y’a c’ui qui est pour Et y’a c’ui qui veut pas
Et ça parle et ça parle
Tout pomponnés Tout maquillés

Ils viennent vendre leur salade
Pendant que monte du fond des cafés
La grande sérénade
Ah si tu pouvais fermer ta gueule

Ça nous ferait des vacances
Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça ferait du bien à la France
Et puis y’a moi qu’en fait partie aussi

Faut toujours que j’la ramène
Comme si on disait pas assez de conneries
Faut que j’y rajoute les miennes
Tout pomponnés Tout maquillés

J’vous promets J’vous en voudrais pas
Vous avez le droit du fond du café
De chanter aussi pour moi :
Ah si tu pouvais fermer ta gueule

Ça nous ferait des vacances
Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça ferait du bien à la France
Ah si tu pouvais fermer ta gueule

Ça nous ferait des vacances
Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça ferait du bien à la France
Cette chanson je l’ai faite pour vous

Les français, les françaises
Allons enfants, ça s’ra notre hymne à nous
Notre marseillaise
A la maison, à ton bureau
Quand t’en auras marre d’écouter
Le casse-bonbon qui parle trop
Tu pourras lui chanter :
Ah si tu pouvais fermer ta gueule

Ça nous ferait des vacances
Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça ferait du bien à la France
Ah si tu pouvais fermer ta gueule

Ça nous ferait des vacances
Ah si tu pouvais fermer ta gueule
Ça ferait du bien à la France

ENFIN, UN PREMIER GESTE, BRAVO A EUX

Ce n'est qu'un début, et il est dommage qu'ils n'emploient pas le terme "génocide" à propos du peuple arménien, mais c'est encourageant, c'est la première initiative de cette ampleur de la part de citoyens turcs. Et quand on voit les menaces que ça fait peser sur eux, c'est courageux de leur part.

"En quatre jours, plus de 13 000 Turcs ont signé la pétition lancée, lundi 15 décembre, sur Internet.
"Ma conscience ne peut pas accepter que l'on reste indifférent et que l'on nie la "grande catastrophe" subie par les Arméniens ottomans en 1915, dit le texte d'introduction.
Je rejette cette injustice et, pour ma part, je partage les sentiments et les peines de mes frères et soeurs arméniens.
Je leur demande pardon."
Ces excuses adressées aux victimes du génocide de 1915 ont été formulées par quatre intellectuels issus de la gauche turque : l'économiste Ahmet Insel, le professeur de sciences politiques Basin Oran, le spécialiste des questions européennes, Cengiz Aktar, et le chroniqueur, Ali Bayramoglu.
Le mot génocide n'apparaît pas, l'expression "grande catastrophe", utilisée par les Arméniens, lui a été préféré.
Mais cette initiative inédite de la société civile est un pas supplémentaire dans le rapprochement entre Turcs et Arméniens, opéré ces derniers mois, notamment depuis la visite à Erevan du président de la République, Abdullah Gül, en septembre.
"Cela montre qu'il y a au moins 13 000 personnes qui ne croient pas dans la propagande officielle, constate Cengiz Aktar.
Mais il faut y aller doucement.
Sur ces terres où ont été commis des massacres, la mémoire a été gommée et remplacée par le négationnisme."
Sans surprise, les réactions haineuses ont fusé de toutes parts à l'annonce de cette campagne. "Une blague", selon Ertugrul Özkök, le rédacteur en chef du quotidien nationaliste Hürriyet, voire "un acte de trahison", pour la députée du Parti républicain du peuple (CHP, kémaliste), Canan Aritman.
Une soixantaine de diplomates à la retraite ont estimé, eux, qu'il s'agissait d'une initiative "inacceptable, fausse et défavorable aux intérêts de la nation.
Une telle tentative, incorrecte et partiale est irrespectueuse pour notre histoire et revient à trahir notre peuple", ont-ils écrit.
Pour le député du Parti de l'action nationaliste (MHP), Deniz
Bölükbasi, "si quelqu'un doit s'excuser, ce sont les intellectuels et les Arméniens.
Ils devraient s'excuser pour les atrocités dont ont souffert des milliers d'Anatoliens".
Le premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, n'a pas été le moins virulent.
"Je ne l'accepte pas, je ne la soutiens pas. Nous n'avons commis aucun crime, donc nous n'avons pas besoin de nous excuser", a-t-il riposté, mercredi.
Certains intellectuels, tels Nuray Mert ou Murat Belge, critiquent eux aussi cette logique de repentance.
Plus mesuré, le président Abdullah Gül, loin de condamner la pétition, a estimé que chacun était libre de donner son opinion.
Même tonalité au ministère des affaires étrangères : "Nous n'avons pas à réagir contre cela", répond un porte-parole, mettant en évidence des divergences au sein du gouvernement.
Les intellectuels à l'origine de ces excuses publiques reçoivent, eux, depuis quelques jours, des tombereaux d'insultes et de menaces de mort.
Pas de quoi les décourager pour autant.
"C'est une ligne de crête en Turquie, souligne Cengiz Aktar.
Ce qui est nouveau, c'est que ce qui n'était qu'un débat d'intellectuels devient les prémices d'un débat public."
Baskin Oran souligne, lui, la nécessité pour la fière Turquie de se doter d'une "culture du pardon".
Un mot encore difficile à entendre.
"C'est une chose qui n'existe pas chez nous, admet Uraz, un étudiant qui envisage de signer la pétition.
Mais on vit sous ce régime qui n'accepte pas la réalité historique et si cela ne change pas, c'est un peu de notre faute."

Source
: http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/12/19/des-milliers-de-turcs-demandent-pardon-aux-armeniens_1133112_3214.html

QUELLE HONTE...

« On n’est pas protégé parce qu’on est d’origine maghrébine ou africaine.
On doit (faire) comme les autres, et je dois dire même, plus que les autres »

C'est Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la Famille (ça fait frémir) qui l'a dit à propos de Rama Yade.
Et en quel honneur, plus que les autres ???
Moi, je dis que des individus pareils, il faudrait les conspuer et leur balancer des tomates en place publique, ou du moins les trainer devant un tribunal pour propos racistes ! je rappelle que c'est un délit, et que les propos de cette "femme", si l'on peut la nommer comme telle, sont en contradiction totale avec l'idée d' "égalité des chances" prônée par son propre gouvernement.
De plus, elle n'en est pas à son coup d'essai en matière de propos scandaleux.

UN AIR DE FETE, ET UN BON SOUVENIR AVEC "LOVE IS ALL", DE ROGER GLOVER AND THE BUTTERFLY BALL

lundi 22 décembre 2008

JOYEUX NOEL A VOUS TOUTES ET TOUS , AMIS LECTEURS, ET A TOUTE LA PLANETE



ET UN JOYEUX NOEL ET JOYEUX ANNIVERSAIRE A LA FEMME DE MA VIE, MOUAHH

dimanche 21 décembre 2008

INCROYABLE, LA FONTAINE CITAIT NOTRE PRESIDENT BIEN AVANT SA VENUE AU POUVOIR !

Le Coche et la Mouche

Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,
Et de tous les côtés au Soleil exposé,
Six forts chevaux tiraient un Coche.
Femmes, Moine, vieillards, tout était descendu.
L'attelage suait, soufflait, était rendu.
Une Mouche survient, et des chevaux s'approche ;
Prétend les animer par son bourdonnement ;
Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment
Qu'elle fait aller la machine,
S'assied sur le timon, sur le nez du Cocher ;
Aussitôt que le char chemine,
Et qu'elle voit les gens marcher,
Elle s'en attribue uniquement la gloire ;
Va, vient, fait l'empressée ;
il semble que ce soit
Un Sergent de bataille allant en chaque endroit
Faire avancer ses gens, et hâter la victoire.
La Mouche en ce commun besoin
Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ;
Qu'aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire.
Le Moine disait son Bréviaire ;
Il prenait bien son temps !
une femme chantait ;
C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait !
Dame Mouche s'en va chanter à leurs oreilles,
Et fait cent sottises pareilles.
Après bien du travail le Coche arrive au haut.
Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt :
J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
Ca, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.
Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
S'introduisent dans les affaires :Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés.

samedi 20 décembre 2008

FUMASSE, LE GARS !!


"Mais à l’Elysée, au cours du petit déjeuner de la majorité, Sarkozy, furieux, demande que l’UMP batte le rappel des troupes. Las ! Ce comptage des troupes et une prise de pouls de l’opposition convainquent le chef de l’Etat qu’il vaut mieux reporter les débats. L’opposition sème « la pagaille » à l’Assemblée pour « le seul plaisir d’empêcher les réformes », grince le président, au cours d’un déplacement dans les Vosges."

http://www.leparisien.fr/politique/le-projet-sur-le-travail-dominical-attendra-2009-19-12-2008-347288.php

Et encore, tu n'as rien vu, mon ami !
Ca sent la fin de règne...

QUEL CULOT !

Je cite Mr Sarkozy :

"Les injures, le blocage systématique, empêcher de voter des textes, empêcher des réformes pour le seul plaisir d’empêcher des réformes, inquiéter des jeunes pour le seul plaisir d’inquiéter des jeunes, ce n’est pas la démocratie, ça c’est la pagaille, tempête-t-il.
Je ne pense pas qu’en s’agitant avec des pancartes et avec des badges sur les bancs de l’Assemblée nationale, on rende particulièrement fiers les électeurs qui ont voté pour vous".




Eh bien, moi , je réponds que plus les élus de l'opposition feront obstacle à ces réformes SCELERATES, et plus je serai fier d'avoir voté pour eux, compris ???
Et je trouve même qu'ils devraient y casser les sièges et y foutre le feu car toutes ces instances soi-disant du peuple sont devenues des parodies...
De plus les jeunes n'ont jamais eu besoin de nous pour penser par eux-même, de quel droit parlez-vous à leur place ?
Ce sont même eux qui vont tous nous réveiller, et non pas le contraire; il n'y a qu'à voir en Grèce les parents qui manifestent aux côté de leur progéniture; ça, c'est beau !
Qu'attendons-nous pour faire la même chose ?
Il y a urgence, péril en la demeure.
"Je ne pense pas qu’en s’agitant avec des pancartes et avec des badges sur les bancs de l’Assemblée nationale, on rende particulièrement fiers les électeurs qui ont voté pour vous" : pourquoi ne parlez-vous que des élus de l'opposition, et pas de l'attitude de vos pairs, qui ont rejeté votre réforme sur le travail dominical dans leur grande majorité ?
Cela fait la deuxième tentative de réforme qui est reportée, après celle des classes de seconde; et elles seront à terme supprimées, croyez-le bien, Mr Sarkozy; votre disgrâce ne fait que commencer ...

RESULTATS DES SONDAGES

En ce qui concerne la question :
Que pensez-vous de la mise en accusation pour "action terroriste" du "comité invisible" ?
Nombres de votants : 12

Vous avez répondu :
Info : 8%
Intox : 91%

En ce qui concerne la question :
Comment trouvez-vous les interventions des gendarmes et maîtres-chien dans les collèges ?
Nombres de votants : 14

Vous avez répondu :
Respectueuses : 0%
Normales : 0%
Malpolies : 28%
Intimidantes : 28%
Brutales : 28%
Choquantes : 78%

Je crois que ça se passe de commentaires...

lundi 15 décembre 2008

"FAUT VOUS DIRE, MONSIEUR, QUE CHEZ CES GENS-LA !"

Des enseignants et des directeurs d'ecoles entrent en résistance, et bien entendu on se posait la question : vont-ils être sanctionnés ? en se disant que si c'est le cas, il y aura une levée de boucliers vu le climat passionnel qui agite cette histoire...
Eh bien, notre cher gouvernement a été assez stupide pour sanctionner, et de la manière la plus veule bien entendu, en s'attaquant aux salaires !
Ca sent la révolte, moi je vous le dis...

http://www.liberation.fr/societe/0101305101-les-profs-desobeisseurs-sanctionnes

CET HOMME EST ADULE, DECIDEMENT...

"Un journaliste irakien a jeté, sans l'atteindre, deux chaussures sur le président américain George W. Bush et l'a insulté au moment où ce dernier serrait la main du Premier ministre irakien dans son bureau à Bagdad."

article complet : http://actu.orange.fr/Article/mmd--francais--journal_internet--med/Un-journaliste-irakien-jette-ses-chaussures-sur-Bush.html

samedi 13 décembre 2008

POUR LE PLAISIR, UN MORCEAU D'ANTHOLOGIE !

ELOGE DE LA VOCATION, ALLERGIE AU "P'TIT BOULOT"

"Le travail c'est la santé, rien faire c'est la conserver, les prisonniers du boulot, f'ront pas de vieux os"

Tant pis si j'en choque certains, mais la notion de travail est encore plus ridicule de nos jours qu'auparavant; dans le passé, on était à l'état de serfs, on devait soumission à son maître, bien sûr, le travail ne garantissait pas de ne pas être en famine, de subir la disette par périodes, mais la question ne se posait pas entre travailler et rester sans rien faire pour pouvoir survivre.
Aujourd'hui, c'est à mourir de rire, ou de désespérance, au choix...
Il est devenu plus prudent de rester chez soi que d'aller chercher du boulot, sinon on va se ruiner avec les transports, la bouffe, etc... le premier mois; oui, oui, bien sûr, on nous a trouvé la solution pour tenir le coup, le RSA ! imaginez le ridicule de travailler et de continuer d'être assisté par l'Etat comme si on était un incapable... c'est d'une dérision ! étonnez vous après ça que les grands patrons se croient tout permis avec les cadeaux fiscaux qui leur sont faits !
Je dis les grands, parce que les petits, que je respecte un peu plus, seront malheureusement fortement incités à se conduire aussi mal s'ils évoluent par la suite, c'est un système très pervers.
Donc, les patrons deviennent de plus en plus arrogants, ils se gaussent devant les pauvres délégués du personnel, voirent même les contrôleurs du travail, qui s'arrachent les cheveux devant la mise en patûre du droit du travail; résultat, non seulement vous vous tapez des jobs "alimentaires" pour vivre, que vous soyez diplômés ou non, et en plus il faut coller à la "culture d'entreprise", traduction : n'ayez pas de vie privée, soyez inféodés à votre boulot... surtout que de nos jours, se barrer en claquant la porte est devenu un sport très risqué; au moins, avant, on quittait un boulot, on en retrouvait vite un autre.
Et pour ce qui est de travailler plus pour gagner plus, laissez-moi rire, même si on veut faire des heures sup' , encore faut-il que le patron en aie à vous donner, et qu'il vous les paie !
Moi, j'ai connu le système des "récups", qu'il fallait prendre de force (si vous aviez fait des heures sup', vous veniez plus tard le lendemain matin), sinon le boss avait toujours une excuse pour que vous ne les récupériez pas.
Aujourd'hui, quand vous passez un entretien d'embauche, ce connard de recruteur a l'air enchanté quand vous lui dîtes que vous êtes célibataire sans enfants; je ne donne pas cher de la peau d'une mère seule avec plusieurs enfants.
A propos d'une mère avec enfants, l'Anpe a "proposé" à ma compagne une offre de monteuse en lunettes (bien entendu, rien à voir avec sa formation, elle est lettrée), avec des horaires 6h - 14h ou 14h-22h, alors qu'elle a trois enfants dont la plus jeune a 7 ans, et qu'elle n'a pas le permis ni aucun véhicule; si ce n'étaient les horaires, et le fait de se taper les samedis, pourquoi pas... bravo, ça montre le respect qu'on nous témoigne; c'est ça qu'ils appellent une offre d'emploi "raisonnable" ? On veut bien se rabaisser à prendre n'importe quoi, mais DANS DES LIMITES DECENTES !
"Gagner" sa vie... quelle horreur, cette expression.
Reste la vocation : vous allez me dire "puisque tu écris bien, écris des livres"; ah oui, je ne demande que ça, mais faut avoir le moral, quand on sait qu'aujourd'hui, 98 % des écrivains ne peuvent plus vivre décemment de leur plume...

mercredi 10 décembre 2008

GRECE, FRANCE, MEME COMBAT ?

"François Fillon "suit la situation avec attention" mais appelle à "se garder des comparaisons hasardeuses", indique à l'AFP le cabinet du Premier ministre.
Plus disert, un proche du chef du gouvernement juge qu'en France aussi, "les gens ont le sentiment d'une paupérisation globale, de l'arrivée d'une vague de pauvreté dans le pays".
"Avec un tel sentiment, l'idée de la révolte peut venir assez vite, poursuit cette source.
Mais François Fillon n'est pas dans cet état d'esprit funèbre.
Sa réponse, c'est continuer la réforme".
Selon un député UMP présent au déjeuner des députés mercredi à l'Elysée, Nicolas Sarkozy aurait exprimé à propos de la Grèce "un souci de prévenir ce genre de situation dans notre pays".
Interrogé, selon un autre participant, sur une éventuelle amnistie fiscale, le président se serait dit "pas assez dingue pour proposer" un tel projet.
"Les Français adorent quand je suis avec Carla dans le carrosse", aurait-il ajouté, "mais en même temps ils ont guillotiné le roi (Louis XVI, ndlr).
C'est un pays régicide.
Au nom d'une mesure symbolique, ils peuvent renverser le pays, regardez ce qui se passe en Grèce"."

(
http://actu.orange.fr/articles/politique/Les-emeutes-en-Grece-preoccupent-les-politiques-francais.html )

Il est évident qu'il y a de quoi s'inquiéter dans ce pays, quand on sait que les grecs sont un peuple plutôt tranquille; on peut s'interroger sur la tournure que pourraient prendre en France des émeutes de ce type, le peuple français n'ayant pas une réputation historique de faire dans la demi-mesure.
Visiblement, notre petit père des peuples n'est pas le dernier à faire des comparaisons, reconnaissant que le peuple français est "régicide", et s'abrogeant de fait la qualité de "régnant" , ce qui ne risque pas d'apaiser le climat social...
Si la situation en Grèce est explosive, en France, elle "explosera" sans aucun doute si la mèche est allumée; c'est une mèche lente, mais dont l'aboutissement sera à coup sûr une explosion violente; c'est quelque chose que moi et d'autres qui écrivent sur ces sujets aimerions éviter en utilisant l'écrit et la mobilisation, car une révolution violente n'est jamais souhaitable, mais j'ai malheureusement l'impression que ce sera inévitable si les dirigeants ne changent pas d'attitude, et si la population continue à se laisser bercer par le "ron-ron" des discours politiques...
le jour où elle se réveillera comme d'un long cauchemard, elle risque comme par le passé de se montrer violente et très impatiente.

mardi 9 décembre 2008

TEMOIGNAGE DE BERNARD CANEVET, ARTISTE-PEINTRE, SUR OLGA OLBY

"Tout cela est bien loin et c'est avec beaucoup d'émotion que j'écris ces quelques lignes.
J'étais adolescent lorsque Olga et sa soeur fréquentaient l'hôtel de mes parents à Pont-Aven, dans les années 60.
Au fil de ses séjours, elles avaient établi avec eux, des relations d'amitié.
Sa soeur, dont je ne me souviens plus du prénom, (c'est ma grand mère Tatiana, note de l'auteur du blog) l'accompagnait toujours.
Bien que moins imposante par la taille, elle ressemblait beaucoup à Olga et avait également un talent artistique qu'elle exprimait par des tissages originaux.
Très intéressé par le dessin, je fréquentais souvent Olga dont j'admirais la technique au fusain et à la sanguine.
Elle dessinait souvent des corps de femmes, très rond, très voluptueux.
Elle savait être pédagogue et j'ai eu beaucoup de profits à écouter ses conseils.
Sa compagnie était plaisante.
Il y avait chez elle et chez sa soeur, beaucoup de chaleur et d'affection.
Toutes deux aimaient parler, questionner, plaisanter, raconter et avec leurs accents aux "r" très roulés,leurs récits étaient déjà des voyages.
Je garde d'elles deux le souvenir ému de fortes et chaleureuses personnalités.
Je ne les ai rencontrées que lors de leurs séjours à Pont-Aven.
Mes parents leur ont rendu visite dans le Golfe du Morbihan, hélas sans moi.
C'est probablement pour cette raison que je n'ai aucun souvenir du docteur Dommartin
dont les obligations professionnelles ne lui permettaient sans doute pas de séjournerà Pont-Aven avec Olga et sa soeur.
Cordialement,
Bernard Canévet.

http://www.bernardcanevet.com

lundi 8 décembre 2008

dimanche 7 décembre 2008

UN GRAND MERCI

Un grand merci à mes lectrices et lecteurs, qui ne sont peut-être pas nombreux mais qui comptent beaucoup pour moi; on me lit un petit peu partout en métropole, ainsi qu'à La Réunion, en Italie, aux Etats-Unis, au Mali, en Zambie, etc...
Au début, ce blog était une sorte de passe-temps, et je constate avec ravissement qu'il est suivi et apprécié; pour un blog d'à peine deux mois d'existence, c'est génial; pour le coup, ça me donne envie de faire encore mieux, de trouver de nouvelles idées (comme les sondages, j'en remettrai régulièrement, si ça vous plait, et ils ne seront pas bidonnés et politiquement corrects comme ceux des instituts, lol) merci mille fois (et un grand merci à l'équipe de "L'Avenir c'est Maintenant" pour le "cadeau de Noël").

samedi 6 décembre 2008

BON DEBARRAS...


Devant la rencontre de Sarkozy avec le Dalaï-Lama en Pologne, la Chine menace de boycotter les produits français...
Franchement, ce ne sera pas une grosse perte, on pourra aussi boycotter les leurs, et nous éviter les peluches dangereuses pour les enfants, les oeufs empoisonnés, j'en passe et des meilleures !

jeudi 4 décembre 2008

Ça fait mal d’entendre cela, très mal.


"Nous avons reçu deux petites filles de 9 à 10 ans à la maison, copine de notre dernière de 9 ans.
Le soir, Valérie dispose la table du petit-déjeuner pour le lendemain matin.
Elle demande à une des petites filles, une Marocaine :- Que te donne maman, le matin ?La petite répond :- Maman, elle n’a pas d’argent pour le petit-déjeuner ; je ne prends rien.
BANG !!!Ça fait mal d’entendre cela, très mal.
Dans cette famille, ils sont sept enfants.
Que faire ?
Il y a plusieurs moyens d’agir mais m--- e !
En arriver là en 2008 !!!
Quel échec pour les politiques de tous bords, eux qui sont grandement payés, protégés et choyés.
Et ces pourris de banquiers…
Même si je ne suis pas d’accord avec eux, je comprends le « Comité invisible », les gars qui sont accusés d’avoir saboté les TGV et les caténaires.
J’ai lu leur manifeste, « l’Insurrection qui vient ».
Trop nihiliste à mon goût mais au moins ils ont agi !
Il faut bouger, faire quelque chose de positif et surtout s’entraider !"

( http://sergemarjollet.blogspot.com/2008/11/fait-mal-dentendre-cela-trs-mal.html )

VOICI UN SCOOP, LA MACHINE TOP SECRET QUI VA SURVOLER L'ELYSEE POUR KIDNAPPER LE PETIT NICOLAS

CHITTY BANG BANG, CHITTY CHITTY BANG BANG...

DE MIEUX EN MIEUX, ON EST EN PLEINE DEMOCRATIE...

"De nombreux policiers français des Renseignements Généraux de la Préfecture de Police de Paris, d’origine maghrébine, se plaignent des conditions dans lesquelles ils ont été interrogés ces derniers jours dans le cadre de la réorganisation des services de la capitale.
Selon plusieurs sources, les policiers de la 8ème section des RG, "Enquêtes et habilitations", située rue aux Ours, Paris 3ème, leur posent des questions sur leurs orientations religieuses, la régularité de leurs séjours dans les pays de leur famille d’origine.
Plusieurs fonctionnaires ont ainsi perdu leur habilitation "Secret Défense" sans explication officielle.
Selon leurs examinateurs, ils auraient perdu leur habilitation parce qu’ils visitaient trop souvent leurs parents "restés au bled".
De nombreux enquêteurs chevronnés des RGPP s’insurgent contre ces pratiques d’un autre temps et qui les "marquent au fer rouge de la suspicion".
L’affaire paraît d’autant plus grave que la plupart de ces agents français "basanés" ont été recrutés, ces dernières années, pour que la police française soit adaptée"aux couleurs de la France".

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20081204.OBS3961/paris__des_fonctionnaires_des_rg_sanctionnes_pour_leur_.html

mercredi 3 décembre 2008

LETTRE OUVERTE ECRITE PAR UNE CONSEILLERE ANPE ANONYME (Catherine C)

"j’ai « mal à mon service public », écrit-elle.
Au-delà du scandale de la manipulation des chiffres du chômage, je veux témoigner des maltraitances faites aux chômeurs sous couvert de traitement du chômage.
Les plus choquantes pour moi qui ai appris un métier d’aide et de conseil sont les « punitions » que l’ANPE inflige aux demandeurs d’emploi sous le moindre prétexte, sans prise en compte de la réalité de leur situation, sans aucun égard pour leur dignité.
Les radiations administratives sont un déni de citoyenneté.
Ainsi, 579 558 chômeurs ont été rayés en 2006 de la liste des demandeurs d’emploi suite à des radiations administratives".
Plus d’un demi-million de personnes seraient donc des feignants qui refusent de travailler ? N’est-ce pas cela que sont censées sanctionner les radiations administratives ?
Tant de profiteurs que ça, qui se complaisent dans l’oisiveté sans daigner faire le moindre effort ?
N’y aurait-il pas comme un abus dans cette chasse au chômeur ?
"La majeure partie des radiations, de l’aveu même des dirigeants de l’ANPE, est consécutive à une absence à convocation, poursuit notre conseillère.
Depuis la mise en place du suivi mensuel (ordonnances Villepin d’août 2005), le nombre de convocations a été multiplié par 6.
La radiation administrative est une sanction prévue par le Code du travail, qui dit explicitement qu’elle peut intervenir en cas de « refus sans motif légitime » de se rendre à une convocation.
Or, parmi ces 579 558 radiés, combien n’ont pas été mis en situation de justifier la légitimité de leurs motifs ?
Combien n’ont jamais reçu de convocation ?
Combien sont découragés par ces convocations multiples, souvent inutiles, vécues par beaucoup comme du harcèlement moral ?
Combien ont des soucis de mobilité ou de garde d’enfants qui ne sont pas pris en compte ? Combien ne sont pas informés de leurs droits, combien n’ont ni les moyens ni le courage de les faire valoir ?
Présomption d’innocence, bénéfice du doute, ces principes de justice élémentaire n’ont pas cours à l’ANPE ."

http://www.plumedepresse.info/

NO COMMENT


mardi 2 décembre 2008

ALORS, TERRORISTES OU PAS ?

"Trois des cinq jeunes gens soupçonnés d'avoir participé en novembre à des dégradations contre des lignes TGV doivent être libérés ce mardi.
Seuls Julien Coupat, chef présumé du groupe, et son amie, Yldune L., demeurent en détention. La chambre d'instruction de la cour d'appel de Paris a ordonné la remise en liberté sous contrôle judiciaire de Gabrielle H. , Benjamin R. et Manon G.
Elle a dans le même temps ordonné le maintien en détention de Julien Coupat et de sa compagne.
En fin de journée, Gabrielle et Manon devaient sortir du quartier des femmes de la maison d'arrêt de Fleury- Mérogis (Essonne), Benjamin R. de la maison d'arrêt de Fresnes (Val-de-Marne).
Leur contrôle judiciaire leur interdit notamment d'entrer en relation les uns avec les autres.

«Association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste»

Au total, neuf personnes - cinq femmes et quatre hommes âgés de 22 à 34 ans - avaient été placées en garde à vue le 11 novembre, dans le cadre d'une enquête sur des sabotages à répétition de caténaires de lignes TGV.
Au terme de 96 heures, le juge antiterroriste Thierry Fragnoli les avaient mises en examen pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste».
Julien Coupat, chef présumé de la Cellule invisible, le nom donné au groupe, est depuis poursuivi pour «direction d'une entreprise terroriste» et «destructions en réunion à visée terroriste».
Le 15 novembre, quatre des mis en examen avaient été remis en liberté sous contrôle judiciaire, tandis que les cinq autres étaient placés en détention provisoire.
Ces cinq jeunes gens représenteraient le noyau dur du groupe , selon l'expression du parquet, qui avait requis, vendredi, leur maintien en détention.
Me Terrel, avocate des trois remis en liberté et de Julien Coupat, a salué une «victoire relative», considérant qu'il s'agissait d'un «désaveu assez radical de toute cette procédure».
«Ils n’ont rien à faire en prison», avait-elle, une nouvelle fois, affirmé vendredi, rappellant qu’aucun n’a de casier judiciaire.
«Qu’on enquête sur des dégradations matérielles en réunion qui ont pu provoquer quelques retards de trains, oui, mais aucun ne devrait être détenu», avait insisté l’avocate en dénonçant «la manipulation qui les a présentés d’emblée comme coupables et qui plus est, terroristes»."

http://www.leparisien.fr/faits-divers/sabotages-sncf-coupat-et-son-amie-restent-en-prison-02-12-2008-329479.php

lundi 1 décembre 2008

REPONSE DE RAYMOND AUBRAC A MON COURRIER


vendredi 28 novembre 2008

DALI, PERSISTANCE DE LA MEMOIRE


SI CE N'EST PAS UNE DICTATURE, CA S'APPELLE COMMENT ? BIENTOT NOTRE TOUR ?

"En Italie, les blogueurs se font du souci...
Au début de cette année, une décision de justice a conclu que presque tous les blogs étaient illégaux.
Pas moins.
Et en septembre, c'est un haut politicien qui a fait un pas de plus vers le black-out, en avertissant que la plupart des activités du Web sont susceptibles d'être contraires à la loi.
Non, ce n'est pas une blague.

Même si l'information n'a pas été relayée en France, elle fait du bruit en Italie.
C'est un article de John Ozimek, sur the theregister.co.uk, qui a dévoilé l'affaire.
L'histoire commence en mai, quand un juge de Modica (Sicile) a condamné Carlo Ruta, auteur et historien, pour "publication clandestine"... sur son blog.
Le juge a estimé que le site avait toutes les caractéristiques d'un journal en ligne, et qu'il devait donc s'astreindre à l'enregistrement officiel avant toute publication.
Stampa clandestina
Cette législation introduisant le concept de "stampa clandestina" date de 1948.

Elle était destinée, à l'origine, à réglementer les publications fascistes.
Mais en 2001, la généralisation d'Internet amena les pouvoirs publics à se pencher sérieusement sur la question.
Très sérieusement, car loin de la libéralisation qu'on pouvait attendre, le gouvernement a confirmé que le Web devait bel et bien répondre aux mêmes règles que la presse écrite traditionnelle.
La loi 62, votée en mars 2001, introduisait donc le concept de "stampa clandestina" pour la toile.
Cette législation est totalement inapplicable, hormis via l'interdiction pure et simple de la publication en ligne.

Les réactions furent vives, mais inefficaces.
L'État maîtrise les médias, commentait-on de l'autre côté des Alpes, et il souhaite conserver cette mainmise sur Internet.
Un des farouches partisans de cette loi a été Giuseppe Giulietti.
À l'époque, il écartait la critique en assurant que "la loi sur la presse n'a jamais eu comme objectif de s'étendre à Internet".
Promis, juré, blogué !
La quasi-totalité de l'Internet italien considérée comme illégale.
Mais visiblement, l'homme a changé.

Dans le courant du mois de septembre, il écrivait au ministre de la justice, l'avertissant que «la logique actuelle aboutit à ce que la quasi-totalité de l'Internet italien, de par sa nature, peut être considérée comme illégale en tant que "stampa clandestina", ce qui constitue une violation des règles démocratiques».
Plus simplement les blogs...
Les sanctions pour ce délit sont : une amende de 250 euros ou d'une peine de prison allant jusqu'à deux ans.

Carlo Ruta a été condamné à une simple amende.
Mais il a maintenant un casier judiciaire et son site d'origine a disparu, même s'il en a créé un nouveau, dans le but de dénoncer cette attaque contre les «principes qui ont fait l'histoire de la pensée démocratique».
Un autre cas. Antonino Monteleone, journaliste de Calabre et blogueur à ses moments perdus, a également été sanctionné.
Les hasards et les coïncidences...
Une tempête dans un verre d'eau ou un risque réel pour les libertés individuelles ?

Le fait est que la législation existe, et que la censure totale d'Internet ne tient qu'aux décisions de justice.
Il faut aussi souligner que Carlo Ruta livrait, sur son blog, des études très complètes sur les liens entre le monde politique et la mafia...
Un hasard total, à n'en pas douter !
(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")"


http://www.lesmotsontunsens.com/internet-illegal-blogs-interdits-en-italie-2656

IL SE PASSE DES CHOSES, MAIS BIEN ENTENDU, SILENCE DE PLOMB DES MEDIAS...

"Toute la Guyane est paralysée depuis lundi matin. Et pourtant, aucun d'entre nous, à la rédaction de Rue89, n'avait eu vent de tout cela avant mardi. Il a fallu que nous recevions un mail d'un riverain s'interrogeant sur notre propre silence face à des événements tout de même assez inhabituels, pour que nous réalisions et fassions appel à vous pour nous éclairer. Ce que vous avez fait, nous vous en remercions. En voici un résumé.
A l'origine de ce blocage total des routes de Cayenne à Saint-Laurent, des groupes "socio-professionnels" (comme les transporteurs) et des consommateurs qui entendent protester contre le prix de l'essence dans ce département d'outre-mer (1,77 euros le litre). Ils exigent une baisse de 50 centimes par litre pour s'approcher des prix de la métropole. Lanquiem nous a résumé les prémices du conflit:
"Dès la semaine dernière, une grève des transporteurs était annoncée, notamment dans les transports scolaires. Le CCC (Collectif des consommateurs en colère) avait prévenu par le bouche à oreille que des blocages routiers seraient mis en place lundi."
En effet, "des pourparlers avaient échoué la semaine dernière entre les 'socioprofessionnels', un collectif contre la vie chère, la Sara (Société anonyme de la raffinerie des Antilles, qui distribue le carburant en Guyane) et les présidents de la région et du conseil général", rapporte Balthazar.
Dès la nuit de dimanche à lundi, donc, les menaces passent à exécution. Lamquiem:
"A 4h00 du matin, trois carrefours stratégiques de Cayenne ont été bloqués. Même situation à Kourou, Sinnamary et Saint-Laurent. Seules les urgences passent. Le lendemain, les gens sont venus ravitailler les bloqueurs en eau et provisions. Les usagers sont solidaires du mouvement, à quelques exceptions près, souvent des patrons de PME coincés."


http://www.rue89.com/2008/11/27/la-guyane-totalement-paralysee-dans-lindifference-generale

jeudi 27 novembre 2008

JULIEN COTTEREAU, CLOWN DU SOLEIL


"Qui êtes vous Julien Cottereau ?

Je suis originaire du Mans où mes parents sont instituteurs.
Lorsque j'étais petit, mon père était déjà friand d'images de clowns.

Je me souviens d'un film que je regardais où l'on voyait un clown se maquiller.
C'est marrant, car j'ai revu récemment des films de mon enfance et comme je parlais mal à 2 ans, j'utilisais beaucoup la gestuelle pour m'exprimer.

J'ai d'ailleurs gardé quelques tics gestuels que l'on retrouve encore aujourd'hui dans mon spectacle.

Mon premier rêve était de devenir batteur de jazz, (Julien Cottereau joue de la batterie depuis l'âge de 10 ans) et je n'ai découvert le théâtre qu'au collège avec une pièce de Ionesco où j'ai fait mes premiers pas sur scène.

Plus tard, j'ai été accepté à la rue Blanche (école de comédiens) où j'ai suivi une formation de comédien classique.

Comment a débuté votre aventure avec le Cirque du soleil ?

Mon professeur de clown m'a remarqué lors de différents spectacles et m'a mis en relation avec le Cirque du soleil.

J'ai passé une audition et j'ai été pris !

J'ai remplacé au Japon un clown principal qui avait 20 ans de métier.

Il était clown, mime et bruiteur.

Je me suis retrouvé dans un cirque énorme.

Par la force du travail et la passion, je me suis fait accepter par les autres.

J'ai voyagé partout en Asie, en Europe, en Amérique Latine, etc..

Quelle est votre définition du clown?

Un clown est avant tout un professionnel.

C'est une personne qui gagne sa vie grâce à sa fantaisie et son habilité.

C'est une technique particulière où il n'y a pas de 4éme mur.

Il faut toujours être en contact avec les yeux des gens, il faut surfer entre l'émotion et les rires.

Avec le clown, on est d'abord confronté à un personnage qu'on ne veut pas voir en soi : une personne seule, en lutte, qui a faim d'amour.

On est ému aux larmes et après on rigole.

On rigole car il a de la fantaisie.

Il a cette faculté d'obtenir ce qu'il veut par cette fantaisie.

Plus le clown a de problèmes et plus les gens rient… !

Le clown, c'est la science de l'enfance.

Que cache un clown ?

Un besoin d'amour, de la sensibilité.

Un besoin de se faire remarquer, de faire rire depuis l'enfance pour recevoir de l'amour, de l'attention.

La sensibilité vient d'un manque, d'un besoin d'être aimé encore plus que les autres.

On est un peu clown au départ, puis on le développe, on le travaille.

Moi c'est la vie qui m'a embarqué là-dedans, j'ai mis du temps avant d'accepter d'être un clown.

Vous déployez une énergie folle sur scène et vous adorez jouer avec le public!

Oui, c'est assez rock and roll.

Il faut être sur la brèche, chaque soir on sauve sa peau !

J'essaye de créer avec le public un rapport d'amitié.

Pouvez-vous nous parler de votre engagement avec l'association "Clowns sans frontières" ?

Clowns sans frontière est une association qui permet d'envoyer des logisticiens préparer une tournée pour qu'une équipe d'acrobates et de clowns puissent faire des spectacles bénévolement dans des pays qui ont connu des guerres .

Généralement un an après la guerre, l'association "Clowns sans frontières" essaie d'aller voir les enfants pour simplement leurs permettrent de voir un spectacle.

On crée ces spectacles pour les enfants qui vivent la guerre au quotidien et on reçoit des rires comme jamais…

Je suis parti à Gaza, en Afghanistan, au Soudan ; on donne et l'on comprend beaucoup de choses en retour.

Le clown est aussi un philosophe qui à envie de délivrer des messages pour éventuellement réveiller les consciences. ..

Que peut-on vous souhaiter ?

Que beaucoup de personnes voient le spectacle, que les gens sortent joyeux et qu'ils aient envie d'aimer.


Sabine Poclet-Grego (2007)"



AERIS, SCULPTEUR PLASTICIEN DU LANGUEDOC


"Je suis né en 1966 dans le petit village Languedocien de Mons la Trivalle, situé au cœur d’une région baignée d’antiques traditions tant agricoles qu’industrielles remontant à l’époque romaine. Fondeur & métallier hautement qualifié, ancien chef d’atelier et agent de maîtrise de la fonderie d’Hérépian où le savoir de la fonte des cloches d’église remonte à l’an de grâce 1600. Héritier de cette longue lignée des maîtres du feu et de la forge, passionné par la métallurgie et vulcanologue amateur à mes heures, J' ai ajouté depuis plus de 18 ans la fonderie d’art à ma passion d' Auteur, contribuant ainsi au lancement de nombreux artistes et à l’essor artistique de ma région. Je suis soucieux de la qualité de mes productions, je mets tout mon savoir-faire et toute mon expérience au service des artistes créateurs comme moi qui me confient la réalisation de leurs œuvres. Que ces derniers me commanditent l’exécution intégrale des tirages en bronze ou bien se contentent de me confier la coulée des modèles de cire qu’ils entendent ensuite re-ciseler et patiner par eux-mêmes, Je m'attache à leur apporter tout le soutien nécessaire à la bonne réalisation de leur sculpture."




EMOUVANT TEMOIGNAGE VU SUR LE SITE http://lavenircestmaintenant.skyrock.com

Avec la permission de Nexuses, je mets en ligne son témoignage, et recommande son blog http://www.nexus-et-jonction.com/

(Mon papa roumain est né en 29 à Kichinev, il était trop jeune pour 39-45, mais a participé à la guerre d'Indochine dans la légion étrangère et a gagné sa naturalisation; il était trop pudique pour parler de tout ça; il s'est éteint en 78 d'un infarctus; et quand on me demande pour refaire ma carte d'identité, soi-disant parce que la nouvelle est considérée comme une primo-demande, de dire POURQUOI je suis français, il n'est pas question que je me justifie; ma CI restera périmée... )

"Je suis fille d'un ancien indigène et ancien combattant de l'armée Française.
Mon père a fait la bataille d'Italie, le Rhin et Danube (2eme guerre mondiale) et l'Indochine.
Militaire de carrière, 15 ans dans l'armée française.
Il en est sorti invalide a 100% ne pouvant pas travailler.
Il était encore jeune dans les années 50, il venait de fonder une famille.
La pension était misérable parce qu'il était un indigène.
Au bled la famille aidait, mais en France, il fallait s'en sortir seuls.
Mon père touchait 400 francs par mois !! au titre de sa pension d'invalide de guerre.
400 francs pour nourrir sa famille.
Et encore il ne fallait pas qu'il tombe malade et qu'il soit hospitalisé, la pension était retirée pour couvrir les frais d'hospitalisation.
Ce qui est arrivé, il avait subi une lourde opération, hospitalisé pendant près d'un an, pendant ce temps, pas un seul centime ne rentrait !!!
Il fallait prendre la nationalité française pour prétendre a une pension décente.
Ce que mon a père a fait.
Mais malgré ses médailles, malgré son statut de retraité de l'armée française et invalide de guerre, il a dû batailler pour l'avoir cette nationalité française, plus de 20 ans !!
Rejetée pour revenus insuffisants !
Alors que justement il était obligé de la demander pour avoir la pension a laquelle il avait DROIT eu égard aux services rendus a la nation française.
Mais pour, eux, que neni ils s'en foutaient.
Mon père ne se plaignait jamais, pendant les années de galère, avant la nationalité française, il a toujours tout fait pour subvenir aux besoins de sa famille.
Et il disait toujours, nous, El hamdou li allah, faut penser aux autres, il y a pire que nous.
Mon père est décedé le 5 décembre 2005 a 85 ans.
Maintenant c'est ma mère qui est dans la galère, elle vit avec 500 euros par mois, la reversion de la pension de mon père.
Elle, ma mère, faut pas lui parler de l'armée française, des anciens combattants et tout ça, elle te fusille.
Elle dit toujours, mon mari a détruit sa santé pour la France, mais la France nous a tous laisser tomber.
Mon père était un HEROS, par seulement parce qu'il a fait des guerres, mais aussi parce qu'il a fait une guerre personnelle pour subvenir aux besoins de sa famille avec les cacahuètes qu'il touchait.
Aujourd'hui, el hamdou li allah, on a grandi, et on s'en sort bien.
Eh, tu sais quoi papa, il y a des jeunes maintenant qui se battent, ils ont créé une association des anciens combattants d'Afrique comme toi, ils se battent pour qu'on vous reconnaisse, pour que vous retrouviez la place à laquelle vous avez DROIT, la place que vous méritez pour avoir fait la France libre.
Personne ne t'oubliera papa, on oubliera ni le père, ni l'ancien combattant.
Tu peux reposer en paix.
Merci pour tout papa. "

UN ENSEIGNANT DE PLUS EN RESISTANCE

"Cazals Bastien
Montpellier, le 25 novembre 2008,

à Monsieur le Président de la République
Palais de l'Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Monsieur le Président de la République,

Si je prends la liberté de vous écrire cette lettre, c'est qu'aujourd'hui, en tant qu'enseignant et
directeur d'école comme en tant que citoyen, je suis en colère, proche de la révolte.

Je ne peux plus me taire.
Je me dois de réagir.
Permettez-moi, tout d'abord, d'insister sur l'expression de mon profond attachement et de mon
immense respect pour cette République française dans laquelle j'ai eu la chance de venir au monde.

Je suis attaché à ce pays car je considère qu'à certaines périodes de sa longue histoire, il s'y est dit, écrit et fait de si belles choses.
Outre l'immense patrimoine culturel qu'elle a constitué, la France – tout particulièrement de sa révolution de 1789 au programme du Conseil National de la Résistance, en passant
par la République et sa loi de 1905 sur la laïcité – a su porter si haut et avancer si loin les valeurs universelles consacrées dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen qu'elle a fini par faire le choix ambitieux d'une république laïque et démocratique où tous les citoyens vivent ensemble, en bénéficiant de la liberté, de l'égalité et de la solidarité ! Tellement admirable que j'ai choisi de servir cette République, ma République.

J'en serais presque fier... sauf que je ne suis pour rien dans tout cela, j'en hérite.
Et un tel héritage se partage ou se défend !
C'est ainsi que j'arrive à l'objet de ma lettre. En ce début de XXIème siècle, que reste-t-il de l'état républicain à la fois puissant et protecteur, comme de ses grandes missions d'intérêt public ?

Plus grand chose : les idéologies en vogue étouffent la flamme républicaine tandis que les réformes en cours dépècent les derniers lambeaux des services publics. D'autres pourraient citer la justice, la santé ou la solidarité, je vous parlerai de ce que je connais, de ce que j'ai choisi : l'école primaire publique.
Monsieur le Président, autant vous le dire de suite, avec les transformations qui s'opèrent
actuellement, l'État ne pourra plus garantir à chaque citoyen les mêmes droits en terme d'éducation.

Et il s'agit, là, du déni d'un droit fondamental, surtout dans une république qui se prétend historiquement éclairée par le savoir et la pensée, la finesse et le bon goût.
Cette ''modernisation'' de l'Éducation Nationale, qui se construit pas à pas depuis des années, avance sur plusieurs plans à la fois mais dans une grande cohérence.
Sachant que votre temps est précieux, j'ai donc choisi de n'en aborder qu'un aspect, le plus saisissant.
Ayant déclaré la guerre contre l'échec scolaire, votre ministre en charge du dossier a entrepris de moderniser l'école prétendument dans l'intérêt des élèves mais avec quand même, dans un coin de la tête, les impératifs budgétaires liés à la mise en oeuvre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP), au respect du pacte européen de stabilité et autres contingences financières.

Ainsi, à cette rentrée 2008 et sans concertations préalables aux prises de décisions, M. Darcos a ainsi décidé :
- de mettre en place des nouveaux programmes qui conviennent parfaitement aux élèves comme ma fille, qui est structurée, attentive et appliquée, mais ne laisseront que peu de chances à son copain Victor de surmonter ses difficultés d'apprentissage
- de diminuer le nombre d'heures de classe pour les élèves comme ma fille qui travaille bien et
comprend vite mais pas pour Victor qui est soutenu 2h par semaine dans ses difficultés
d'apprentissage

- et de renforcer le dispositif de stages de remise à niveau en CM1/CM2 pour que Victor entretienne ses difficultés d'apprentissage pendant les vacances de ma fille...
Mais ce n'est pas tout ; et Victor est finalement un peu chanceux, car la rénovation du primaire est en cours et, pour la rentrée 2009, sans plus de concertation, M. Darcos nous annonce qu'il va :
- supprimer progressivement les enseignants membres du Réseau d'Aides Spécialisées au Enfants en Difficulté (RASED) qui aident Victor pendant le temps scolaire et sans lui refaire la classe ;

- mettre toujours plus d'élèves par classe , puisque toujours moins d'enseignants , ce qui ne plaira pas trop à ma fille qui aime avoir l'attention de la maîtresse mais beaucoup à Victor qui préfère se faire oublier
- et remplacer la prise en charge à l'école publique des 2/3 ans par leur accueil dans des structures locales payantes, ce qui n'affectera pas la scolarité de Victor mais de son petit frère Hugo qui restera encore un an à la maison avec sa maman car « sa veau pas l'coup de bosser au smig si faut payer le jardin des veilles » !

Hugo n'aura donc pas la chance de son frère de bénéficier des apports langagiers et de la stimulation cognitive d'une première socialisation à l'école maternelle.
Croyez-vous sincèrement, Monsieur le Président, que votre ministre pourra, par de telles réformes, atteindre l'objectif qu'il s'est fixé de diminuer par trois le nombre d'élèves en difficulté ?

Et pouvez-vous m'affirmer que l'école primaire de demain continuera d'assurer à tous les élèves des chances égales d'émancipation sociale ?
Actuellement, nous assistons à la mise en oeuvre, à marche forcée, des dernières grandes étapes
de la transformation du système éducatif français.

J'en veux pour preuve l'autoritarisme croissant exercé par la hiérarchie, le souci de rendre improductif l'exercice du droit syndical au travers du Service Minimum d'Accueil (SMA), ou celui de faire surveiller l'opinion et l'activisme des enseignants !
Aussi, comme bon nombre d'entre eux, j'entre aujourd'hui en résistance parce que je ne peux me résoudre à ce que l'école publique, mon école, ne se préoccupe ni de Victor, ni de Hugo, sans être pour autant en mesure de faire éclore un nouveau Victor Hugo. La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration (article 15 de la DDHC de 1789) c'est pourquoi d'un fonctionnaire dévoué je me vois contraint de devenir un fonctionnaire désobéissant !

En conséquence, en tant qu'enseignant tout d'abord, je prends les décisions suivantes :
- Je n'appliquerai pas les nouveaux programmes mais continuerai à travailler dans l'esprit des
programmes de 2002 (qui n'ont d'ailleurs fait l'objet d'aucune évaluation).
- Je n'effectuerai pas l'aide personnalisée auprès des élèves (qui est destinée à remplacer l'aide
spécialisée du Rased) mais mettrai à profit ces 60 heures annuelles pour rencontrer les parents
deux fois dans l'année (en milieu et fin d'année), organiser les projets pédagogiques collectifs et
également pour faire vivre la bibliothèque de mon école (qui est actuellement sous-utilisée faute
de personnel mis à disposition).
- Je ne déclarerai pas à l'administration mon intention de faire grève, 48h à l'avance, mais
j'informerai, comme par le passé, les parents d'élèves au moins deux jours avant.
- Je ne me porterai jamais volontaire pour les stages de remise à niveau ni ne transmettrai de liste d'élèves.
Ensuite, en tant que directeur, je prends les décisions suivantes :
- Je ne participerai plus au fichage centralisé des écoliers via Base Elèves.
- Je ne traiterai plus que les demandes administratives qui concerneront directement les élèves,
mes collègues ou le fonctionnement de mon école.
Enfin, en tant que simple citoyen en dehors de tout parti politique, je n'empêcherai pas la diffusion de ces prises de position professionnelles mais au contraire, tenterai de participer à l'émergence d'une résistance citoyenne et non-violente, porteuse d'un projet de société généreux et ambitieux – depuis la crise financière, nous savons tous qu'il est possible de trouver beaucoup d'argent lorsque c'est nécessaire – car notre République est en train de tourner le dos à ses dernières missions d'intérêt public...
Conscient que vous ne mesuriez probablement ni l'ampleur du désastre qui menace l'école, ni
celle de la colère qui submerge le monde enseignant, je sais que vous entendrez mon appel et ne
décevrez pas l'espoir que je mets dans la grandeur de votre fonction.
Je vous prie de recevoir, Monsieur le Président de la République, l'expression de mon attachement respectueux à la dignité de l'État républicain laïc et de croire en ma détermination à continuer d'oeuvrer pour tous les élèves qu'ils soient ma fille ou Victor.

CAZALS Bastien"

http://uneecolepourvictorethugo.hautetfort.com/

mercredi 26 novembre 2008

IL FAUT RENDRE A CESAR...

Il est facile aux ténors de l'UMP de tirer sur l'ambulance et de se foutre de la gueule du PS avec ses dissenssions internes; certes, je ne suis pas le dernier en tant que socialiste votant mais non militant à dire ce que je pense d'un PS aussi mal organisé, aussi peu crédible et convaincant...
Mais l'hôpital se fout malgré tout de la charité : on n'a jamais vu dans toute la Ve république un président et un gouvernement aussi impopulaires en si peu de temps !
Un président dont le simple nom prononcé, provoque les huées des apprentis à Bercy.
Un premier ministre se faisant siffler au congrès des maires 2008 par des maires exaspérés, toutes couleurs politiques confondues... il n'y a pas de hasard dans la vie, on récolte ce qu'on a semé.
Et ce n'est que le début de leur impopularité; ils l'ont bien cherché, entre nous !

VIVENT LE BAILLON ET L'INTIMIDATION...

Le Dal condamné à 12000 euros d'amende pour avoir installé le campement rue de la Banque ! Et tenez-vous bien, qu'ils ne se plaignent pas, car c'étaient 32 000 euros qui étaient requis contre eux !
Les enfants de Don Quichotte, 198 tentes confisquées !
Et la mère Boutin qui veut obliger les SDF à se faire enfermer comme des délinquants !
ASSEZ !!!
C'EST UNE HONTE !!!

Et la misère avance, et le désert avance...
Je cite Mme Boutin : "Il s'agit d'une action en justice de la préfecture de police de Paris pour des questions d'ordre public. Alors il ne faut pas faire de démagogie. S'il y avait eu l'année dernière un accident sur les femmes et les enfants sur le trottoir, nous aurions eu les mêmes qui auraient poussé des hauts cris (...). Le tribunal a décidé, maintenant on suivra la procédure."
N'avez vous pas honte de parler comme ça ?
Bien sûr, qu'il y aurait eu des "hauts cris", s'il y avait eu un accident, et justifiés, puisque VOUS , l'Etat, êtes coupables de NON ASSISTANCE A PERSONNES EN DANGER !!!
Ce n'est pas à nous citoyens et associations de faire votre travail à votre place, et pourtant, on le fait car sinon, ces gens mourraient tous de froid et de misère; vous avez en 2007 "convoqué" Carole Bouquet, pour qui vous prenez-vous ? sortez les oignons de vos poches, Mme Boutin, vos larmes de crocodile, on n'y croit plus ! vous avez définitiment choisi votre camp, et vous le prouvez jour après jour !

C'EST QUOI, CES MANIERES...

Jusqu'à présent, ce genre de méthodes intimidantes, je n'en avais été témoin que dans ma caserne en Allemagne lors de mon service militaire, il y a 20 ans, et déjà ça mettait mal à l'aise, vous pouvez me croire.
Aujourd'hui, tout est possible, non contente de venir chercher les gamins sans papiers à la sortie de l'école, la police "s'invite" désormais partout sans vergogne dans les établissements, avec des chiens, fouinent partout, foutent le boxon dans les affaires des ados, choquent les profs présents par leur attitude malpolie et inquisitrice, tout ça pour trouver quelques grammes de shit, mais dans quel monde on vit, là, où est la police que j'ai connue, qui n'était pas des plus sympathiques, certes,mais savait rester à sa place !!!
ça ne va pas, dans vos têtes ? Mam et Hortefeux , ramassez vos façons de faire dignes des dictatures , et fichez le camp de notre pays, c'est VOUS qui dérangez, ici; et emmenez votre "président" avec vous, qui n'est pas fichu de faire reculer le chômage, la crise du logement et la pauvreté. Il y a d'autres priorités dans ce pays que ce genre de tracasseries qui mettent très mal à l'aise...


http://www.ladepeche.fr/article/2008/11/20/495235-Les-gendarmes-traquent-le-shit-dans-les-cartables.html

lundi 24 novembre 2008

YA BASTA !!!

Texte d'une pétition que j'ai signé et qui reflète parfaitement ce que je pense; signons-la nombreux; maintenant, ça suffit !!!

"Le vote du 21 novembre, plutôt qu'un nouveau prétexte à des affrontements sans fin, est un message positif et clair des militants à leurs élus : nous voulons l'unité, et rien d'autre. Nous vous demandons par conséquent de cesser à partir d'aujourd'hui tous les actes d'hostilité, et de vous réunir sans délai pour constituer un exécutif parfaitement équilibré. Nous voulons la dissolution de ces clans déguisés en "motions", qui sont tout autant capables de dire la même chose avec des nuances infimes, que de changer de position du jour au lendemain pour de simples raisons tactiques. Nous voulons que le PS se mette, là, maintenant, au travail pour définir son programme et sa méthode de gouvernement. Nous voulons être consulté(e)s régulièrement sur les principaux éléments de ce programme. Et nous n'attendrons pas une semaine, pas un jour de plus. Elu(e)s du PS : tout le monde vous regarde, c'est vraiment votre dernière chance."

http://www.psuni.fr/index.php