Paperblog http://www.wikio.fr

mercredi 29 octobre 2008

Y'AURAIT IL ENCORE UNE JUSTICE ?


"La justice a débouté mercredi Nicolas Sarkozy, qui réclamait l'interdiction de la poupée vaudou à son effigie commercialisée depuis trois semaines par la société Tear Prod et contre laquelle le chef de l'Etat avait engagé une action en référé pour violation de son droit à l'image.

"Cette représentation non autorisée de l'image de Nicolas Sarkozy ne constitue ni une atteinte à la dignité humaine, ni une attaque personnelle", a fait valoir le juge des référés du TGI de Paris.
Elle "s'inscrit dans les limites autorisées de la liberté d'expression et du droit à l'humour", a-t-il ajouté.
En conséquence, précise le jugement dont l'AFP a obtenu copie, "M. Nicolas Sarkozy sera débouté de ses demandes, la diffusion de la poupée litigieuse ne caractérisant pas une atteinte fautive à son droit à l'image ni un trouble manifestement illicite".
En vente depuis le 9 octobre dans les librairies et sur internet, le "Manuel vaudou, Nicolas Sarkozy", est un livre-objet présenté dans un coffret contenant une poupée de tissu, un lot de 12 aiguilles, ainsi qu'un ouvrage de 56 pages.

Outre une biographie humoristique de M. Sarkozy, le manuel propose "un grand nombre de sortilèges magiques" et invite le lecteur à planter des aiguilles sur la poupée à son effigie pour "conjurer le mauvais oeil".
Tear Prod, et sa maison d'édition K&B ont également publié un coffret rouge Ségolène Royal, répondant au coffret bleu Nicolas Sarkozy. Mais l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle n'a pas jugé bon d'engager une action en justice." (source actuorange.fr)

2 commentaires:

rachid a dit…

PIQUER N’EST PAS JOUER !
Nicolas Sarkozy vient de battre un nouveau record. Jamais un président n’avait autant de fois porté plainte dans l’exercice de sa fonction. Si bien que si cela continue, il faudra créer un tribunal spécial pour juger les sarkosseries. Après l’histoire des maillots - vous savez : le T-shirt avec l’inscription « tolérance zéro » -, l’histoire de la photo du couple Bruni-Sarkozy utilisée par une agence de voyage, voilà donc une histoire de poupée vaudou. Des indélicats ont en effet eu l’idée de commercialiser une petite poupée bleue à son effigie. Un manuel vaudou accompagne la poupée ainsi qu’un mode d’emploi pour utiliser les aiguilles. Pour piquer aux points sensibles ? Il suffit de se reporter aux inscriptions telles que « Travailler plus pour gagner plus », « Casse-toi pauvre con », et autres aimables slogans chers à notre président. L’avocat du chef de l’Etat invoque sans rire (l’humour est-il incompatible avec le métier d’avocat ?) « la violation du droit à l’image » ! Dans ce cas-là, qu’il nous explique pourquoi il ne porte pas plainte contre les Guignols de l’Info qui malmènent chaque jour l’image de notre président, contre les sociétés qui commercialisent des masques de carnaval à l’effigie de Sarkozy, ou contre les imitateurs qui tournent en dérision les politiques ? Tous font également de l’argent en se moquant des politiques, non ? Alors ? Notre petit Napoléon redouterait-il la magie vaudou ? Car je me refuse à penser que Nicolas Sarkozy manque d’humour. N’a-t-il pas toujours privilégié les comiques dans son entourage : Mireille Mathieu, Enrico Macias, Didier Barbelivien, Christian Clavier et consorts ? On notera pour la petite histoire que Ségolène Royal s’est refusée à porter plainte contre la poupée rose qui la représente. Sachant que Ségolène Royal n’est pas un monstre d’humour, je me demande si sa bravitude n’est pas une façon de prendre sa revanche sur la présidentielle.

LA REVANCHE DE LA POUPEE !
Plus fort que le vaudou, la Justice ! Qui vient d’épingler (piquer !) un président de la République chatouilleux qui n’a rien d’autre à faire que de porter plainte quand on se moque de lui. Pourtant quand il était encore ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy avait tenu à témoigner au procès dit des caricatures de Mahomet, afin de défendre la liberté d’expression. N’avait-il pas prononcé cette phrase héroïque qui à l’usage se révèle bien trop grande pour lui : “Je préfère l’excès de caricature à l’absence de caricature.” ! Henri Guaino lui avait-il écrit la phrase ? L’avait-il répétée sans savoir ce qu’elle signifiait ? On est en droit de se poser la question. Mais l’arroseur vient de se faire arroser. Et disons le tout net, ça la fout vraiment mal pour un président, ancien avocat tout de même, de se prendre une leçon de droit. “Cette représentation non autorisée de l’image de Nicolas Sarkozy ne constitue ni une atteinte à la dignité humaine, ni une attaque personnelle”, a fait valoir le tribunal de grande instance de Paris. Elle “s’inscrit dans les limites autorisées de la liberté d’expression et du droit à l’humour”. Nicolas Sarkozy peut être fier aujourd’hui. Il rentre dans le livre des records. C’est la première fois en effet qu’un président de la République française perd un procès pour atteinte au droit à l’image. En se comportant comme un simple citoyen, une fois de plus Nicolas Sarkozy abaisse la fonction présidentielle. Retiendra-t-il la leçon ? Pas sûr puisque son avocat, un grand humoriste lui aussi, fait appel. Je crois que Nicolas Sarkozy n’a pas encore pris conscience qu’il gouvernait un pays qui a produit les fabliaux du Moyen-Âge, Rabelais, le théâtre de Guignol, et même une Révolution. Mais est-ce bien surprenant de la part d’un chanoine du Latran, adepte de la laïcité positive, qui aime rien tant que l’humour de Benoît XVI et de Bigard Ier ?

poison-social a dit…

ça, c'est sûr, sûr qu'il ne va jamais accepter la décision du tribunal; trop têtu et arrogant...
Enrico Macias, Mireille Matthieu comiques, lol...
Quant à Clavier, il est vachement moins drôle quand il se plaint à son pote (quoique... ça m'a bien fait rire, en fait)